RMC Sport

Spies, la valeur sûre

Ben Spies

Ben Spies - -

En pariant sur le duo Lorenzo/Spies pour la saison 2011, Yamaha jouait notamment la continuité avec l’Américain dont le potentiel doit encore s’affirmer. Première étape franchie ce samedi. Spies est entré dans le cercle fermé des vainqueurs en MotoGP.

Ben Spies est un phénomène. Comme ses grands prédécesseurs, Kevin Schwantz, Wayne Rainey et Eddie Lawson - huit titres à eux trois - Spies est la nouvelle tête d’affiche américaine. Après avoir passé plusieurs saisons dans le Championnat A.M.A. (Américain), à se frotter au plus grands pilote de ce continent, Matt Mladin, le Texan a vu sa carrière s’envoler. « C’est vrai que battre Mladin m’a beaucoup apporté, confie le vainqueur d’Assen. Ça m’a vraiment formaté autrement pour aller chercher ce qu’il faut pour gagner. »

Un adage qu’il applique dès sa première année en Championnat du Monde Superbike, où s’affrontent les motos issues de la série, et où il frappe fort en décrochant le titre 2009 dès sa première participation. Dès lors, plus de temps à perdre pour le n°11 qui rejoint le MotoGP dans l’équipe Française Tech 3 l’an dernier. Une année pour apprendre durant laquelle il monte à deux reprises sur le podium.

Dans la lignée de ses glorieux aînés Rainey et Lawson, eux mêmes pilotes Yamaha il y a une vingtaine d’années, la terreur texane ajoute le style pour s’imposer pour la première fois en catégorie reine. En remportant le Grand Prix des Pays-Bas dans le Temple de la vitesse et sur une moto aux couleurs du cinquantenaire de la marque en Grands Prix, Spies nous fait également oublier un début de saison en demi-teinte où il a souvent été devancé par son coéquipier Jorge Lorenzo. Charge à lui de perpétuer la tradition américaine qui semble renaître de ses cendres, et dont Ben semble l’héritier désigné.

Rodolphe Coiscaud à Assen