RMC Sport

Stoner comme un roc

-

- - -

Malgré la menace de Jorge Lorenzo durant toute la course, l’Australien Casey Stoner (Honda) s’est imposé dimanche devant l’Espagnol lors du Grand Prix de Catalogne. Le champion du monde 2007 signe sa troisième victoire de la saison en Moto GP.

De la tension, du suspense, de la bagarre sous la pluie : le GP de Catalogne a tenu toutes ses promesses. La cinquième manche du championnat du monde de Moto GP a surtout couronné le talent de l’Australien Casey Stoner (25 ans), champion du monde en 2007. Au terme d’une course palpitante, le pilote Honda a devancé de plus de deux secondes l’Espagnol Jorge Lorenzo (Yamaha) et de 4,2 secondes l’étonnant pilote américain Ben Spies (Yamaha).
Après sa victoire au Grand Prix de France sur le circuit du Mans, Stoner signe en Catalogne son troisième succès en cinq courses cette saison. Il profite surtout de l’absence de Pedrosa (Honda), blessé à la clavicule, pour revenir à sept points de Lorenzo à la première place au championnat du monde des pilotes.

N’allez pas croire pour autant que l’Australien a gagné en roue libre. Sur une piste rendue humide par la pluie en milieu de course, Casey Stoner, aux commandes dès le 2e tour, a dû composer avec la menace permanente de Jorge Pedrosa : « Je savais que nous allions avoir un bon rythme, explique-t-il. Quand la pluie est apparue, j'ai commencé à devenir nerveux sans savoir quel rythme adopter. Il pleuvait et je pensais surtout à rester sur mes deux roues. »

Lorenzo : « Difficile de garder sa concentration »

Agressif et jamais distancé par Stoner, le champion du monde en titre Jorge Lorenzo y a cru jusqu’au bout. Mais les prises de risques sont rarement compatibles avec une piste glissante : « J'ai fait de mon mieux, souffle l’Espagnol. Je savais que la clé de la course se tenait dans un bon départ. Je savais aussi que Casey (Stoner) allait me passer et j'ai essayé de rester avec lui. » Lorenzo a vu juste mais… « Il a commencé à pleuvoir dans la dernière partie du circuit. Il était difficile de garder sa concentration. »

Derrière l’Espagnol et l’Américain Ben Spies, 3e, lequel offre un joli doublé à Yamaha, l’Italien Marco Simoncelli qui avait créé la sensation samedi en décrochant la pole position, est vite redescendu de son nuage. Celui qui avait été accueilli par des huées et même des menaces du public catalan, lequel lui reprochait d’avoir fait chuter son héros, Pedrosa, au Mans, a terminé à la 6e place.

Enfin, certaines choses ne changent pas. Le malheureux français Randy De Puniet (Ducati) a chuté en début de course. Depuis le début de la saison, il n’a dépassé qu’une seule fois la ligne d’arrivée. C’était au Portugal. De Puniet avait fini 10e. Sale temps...