RMC Sport

Peugeot en mission

-

- - -

Pour faire vaciller Audi, l’écurie française a mis le paquet en misant toute sa saison sur la plus prestigieuse course du monde.

Le double semi-remorque bleu, blanc et noir, flanqué du lion de Sochaux, est planté sur le paddock, en plein cœur du circuit Bugatti du Mans. Le monstrueux mobil-home est le centre névralgique de l’écurie Peugeot. Il incarne les moyens exceptionnels mis en œuvre pour venir à bout de l’insolente domination d’Audi sur les 24 heures du Mans. 150 mètres carrés de surface utile bardé d’ordinateurs et d’écran de contrôle. On y trouve même une mini station météo. Pascal Dimitri, le responsable logistique, a l’œil à tout. Il sait que parce que pour gagner, chaque détail compte.

Les mécanos ont monté la structure d’acier et de plastique la semaine dernière. L’excitation était palpable. Les cœurs vaillants. Le mois dernier, l’auto a remporté les 1000 km de Spa, dernière épreuve préparatoire avant Le Mans. Audi n’était pas là, mais le travail effectué a renforcé la confiance de toute l’équipe. En tout une centaine de personnes, en plus des neuf pilotes titulaires et du pilote remplaçant. A cette impressionnante logistique, s’ajoute la 908 cliente mise à la disposition de l’équipe Pescarolo. Soignée aux petits oignons, la petite écurie bénéficie des moyens humains et matériels « made in Peugeot ».

Olivier Quesnel, le directeur de la compétition chez Peugeot Sport, plante le décor. « A nous de pousser Audi dans leurs retranchements, souligne-t-il. En dépit des apparences, nous sommes les outsiders. C’est à Audi de faire la course. Et notre but sera de les faire chuter. » Cette année, le Lion ne se contentera pas de la seconde marche du podium. La 908 a atteint un niveau de développement optimal pour sa troisième année d’utilisation. « Pour valider les pièces des machines, nous faisons des simulations de course, explique Quesnel. En réalité, on se base sur une base de trente heures, plutôt que vingt-quatre. Il n’y a que de cette manière que l’on peut réellement mesurer la performance sur la durée des pièces, valider leur degré d’usure et déterminer les points sur lesquels travailler. Idem pour les pilotes : c’est au volant que l’on est le mieux entraîné. »

Stage commando à Chamonix

Quelques jours avant de se rendre au Mans, le team Peugeot Sport a emmené ses neuf pilotes en stage à Chamonix. But de la manœuvre : instaurer une cohésion de groupe. « Nous souhaitions faire passer du temps ensemble à nos équipages. » Au menu de ces quelques jours de montagne, randonnées, escalades et tout le tralala. Frank Montagny se fera d’ailleurs un bobo sans conséquences lors d’une séance de rappel. Le pilote français en a été quitte pour une belle frayeur. Comme quoi le moindre grain de sable de dernière minute peut enrayer la mécanique la mieux huilée…

La rédaction - Guillaume Navarro