RMC Sport

Quesnel : « Très content et très fier ! »

-

- - -

Le directeur de Peugeot Sport revient sur le superbe doublé réalisé par son équipe aux 24 Heures du Mans ce week-end.

Olivier Quesnel, comment se sent-on au lendemain d’un tel exploit ?
Encore un peu ému, très content et très fier. Voir la fierté et l’engouement de tous les collaborateurs de Peugeot, ça m’a permis de réaliser que Peugeot Sport avait gagné la plus grande course du monde. Pendant l’épreuve, je ne l’avais pas réalisé.

Voilà seize ans que Peugeot n’avait plus gagné au Mans. Qu’est-ce qui a permis à Peugeot de retrouver le chemin du succès ?
C’est le travail. Une organisation sans faille. Il faut savoir prendre des décisions en temps réel. Me concernant, pendant 24 heures je n’ai pas eu le droit de dormir ne serait-ce qu’une minute. Je devais être à l’affût à tout moment pour prendre une décision. La pire décision que j’ai dû prendre, c’est de figer les positions à 4 heures du matin. Audi était à deux tours et c’était la condition sine qua non pour faire un doublé. Je comprends que notre trio français qui a fini deuxième soit déçu. Mais il le fallait, sinon on n’aurait pas gagné.

Ça a été un déchirement de leur annoncer ?
Oui, c’est toujours un déchirement de dire que la course est figée. C’est plus beau de les laisser se battre sur la piste. Mais là ce n’était pas possible, je n’avais pas le droit. Cela aurait été une faute professionnelle.

Une telle victoire peut-elle avoir un impact pour la marque Peugeot, malgré la crise ?
Oui, raison de plus. C’est en temps de crise qu’il faut en profiter pour prendre des parts de marché. Ce n’est pas en mettant la tête dans le sol comme une autruche et en attendant la fin de la crise qu'on peut s'en sortir. C’est pendant les crises qu’il faut se bagarrer. On doit profiter de cet instant où tout est un peu volatile, pour s’installer et être encore plus fort quand la crise sera terminée.

recueilli par Thibault Le Rol (RMC Sport)