RMC Sport

Elena : « Si Loeb arrête, j’arrête »

Daniel Elena

Daniel Elena - -

Copilote de Sébastien Loeb chez Citroën, Daniel Elena, actuellement engagé sur le rallye d’Allemagne, avoue associer son avenir à celui de l’Alsacien. La décision sera dévoilée lors du prochain salon de l’automobile, le 29 septembre prochain.

Daniel, vous avez réalisé le meilleur temps du shakedown avec Sébastien Loeb ce jeudi, c’est de bon augure…

Oui bien sûr. C’est un rallye qui nous a toujours réussi. Sébastien est toujours à l’aise sur ce style de routes (asphalte, ndlr). Faire d’entrée le meilleur temps donne du baume au cœur. On est prêts. 

Vous avez gagné 8 fois ce rallye d’Allemagne, comment faites-vous la différence d’une année sur l’autre ?

C’est un terrain assez atypique avec plusieurs parties. Dans la première, il y a des vignes avec beaucoup de carrefours où il faut être bien concentré sans rater les freinages. La deuxième partie, dans le camp militaire, est plus dure au niveau de la gestion des pneumatiques puisque la spéciale fait 46 km. Ça va être très compliqué. La météo va entrer en compte car il y aura peut-être des adverses. Le choix des pneumatiques va jouer un rôle important. Il faudra faire attention aux crevaisons. L’an passé, nous étions en tête et nous avons crevé.

Les supporters français sont-ils nombreux ?

Il y a beaucoup de monde présent depuis ce matin (jeudi) au shakedown. Au Parc d’assistance, on voit beaucoup de drapeaux français et des tee-shirts « Sébastien Loeb » partout. C’est un rallye qui tombe très bien car c’est la période estivale. Les gens peuvent se déplacer et venir en masse. Quand on roule sur les spéciales en Allemagne, on a l’habitude de se croire en France.

Vous êtes proche d’un 9e titre, imaginez-vous déjà le 10e ?

Dans la tête, on a notre réponse mais on ne communiquera pas avant le mondial de l’auto (le 29 septembre). Vous pouvez tout essayer, on est formatés (rires). La décision n’est pas prise à 100%. C’est Sébastien et Citroën qui vont décider mais je ne suis au courant de rien. Si Sébastien arrête, j’arrête. Et on passera à autre chose. 

Quelle est la force principale de Sébastien Loeb ?

C’est un pilote qui a un cerveau. Il sait éviter les pièges. Il sait freiner pour éviter les pierres.