RMC Sport

Lavigne : « L’Arabie Saoudite nous intéresse »

Etienne Lavigne

Etienne Lavigne - -

Etienne Lavigne, le directeur du Dakar, dresse le bilan de l’édition 2011 et assure qu’il ne prête pas attention à la manière dont la course est perçue dans l’Hexagone. Il confirme aussi que le célèbre rallye-raid explorera certainement de nouvelles contrées dans les prochaines années. Peut-être au Moyen-Orient…

Etienne Lavigne, que vous inspire le sacre de Nasser Al-Attiyah dans la catégorie auto ?

Sur le Dakar, les gens qui jouent le podium sont ceux qui ont de l’expérience. C’est un capital primordial pour espérer remporter cette compétition. Le Dakar une course d’endurance. Il y a beaucoup de paramètres à maîtriser. Tous les équipages de tête sont des gens qui ont plusieurs Dakar derrière eux. Cette année, il y a un renouvellement de génération avec Al-Attiyah. C’est un mec sympa. Le « prince du Dakar » a mérité son surnom. On est très content pour lui.

En France, le Dakar a beaucoup moins d’impact ces dernières années. Cela vous agace-t-il ?

Non, pas du tout. Moi, je vois la satisfaction des gens qui nous accueillent en Argentine et au Chili. La vision française ne m’intéresse pas beaucoup. Le Dakar est international. Les concurrents qui y participent viennent de 51 pays différents. S’il y a des gens en France qui n’aiment pas l’épreuve, tant pis pour eux.

« En Amérique du Sud l’an prochain »

Le Dakar pourrait-il migrer au pays d’Al-Attiyah (Qatar) dans les prochaines années ?

Chez lui, c’est un peu petit. Mais chez ses voisins, ça serait réalisable. On pourrait faire quelques spéciales au Qatar. Mais c’est surtout l’Arabie Saoudite qui nous intéresse. On a rencontré cette année les autorités saoudiennes. Leur pays est grand comme l’Europe occidentale, donc ça fait pas mal de place. Il y a des terrains absolument merveilleux C’est un peu compliqué à organiser mais pourquoi pas ? On a plusieurs dossiers d’étude ouverts sur cette partie du monde. On a pas mal d’imagination pour le futur du Dakar.

Quels sont vos plans pour l’an prochain ?

La course se déroulera en Amérique du Sud. Les villes de départ et d’arrivée ne sont pas encore décidées. Est-ce qu’il y aura deux, trois, quatre ou cinq pays pour le prochain tracé ? Aujourd’hui, je suis incapable de le dire. Mais on va y travailler très vite. On a lancé pas mal de choses. Début mars, le prochain tracé sera acté.

Propos recueillis par Antoine Arlot