RMC Sport

Le Dakar attend Loeb

Sébastien Loeb

Sébastien Loeb - -

Pré-retraité du WRC, Sébastien Loeb anime les discussions dans les bivouacs du Dakar. Et si le champion était au départ du rallye-raid en 2014 ? L’écurie Qatar-Red Bull d’Al-Attiyah semble prête à l’accueillir.

Sébastien Loeb, au milieu du désert. Un mirage ou une sérieuse hypothèse ? Mercredi, Nasser Al-Attiyah, le pilote de l’équipe Qatar-Red Bull, a expliqué que le Français était venu à Doha au mois dernier pour essayer son buggy dans les dunes du Moyen-Orient et que les portes de son équipe lui étaient grandes ouvertes. Le nonuple champion du monde de rallye connaît bien Nasser Al-Attiyah, puisqu’ils ont couru côte à côte chez Citroën et que tous les deux ont un sponsor en commun, la marque au taureau rouge. « Il a testé mon buggy, il a aimé, raconte le vainqueur de l’édition 2011. S’il en a envie pour l’année prochaine, ce sera OK. » D’autant plus que l’écurie compte aligner l’an prochain quatre ou cinq voitures sur le plus célèbre des rallyes-raid.

« D’autres comme Carlos Sainz, quand ils ont arrêté le WRC, sont venus au Dakar, tout le monde veut venir au Dakar », poursuit Al-Attiyah. L’Espagnol, vainqueur sous les couleurs de Toyota en WRC en 1990 et 1992, a été récompensé sur le Dakar avec Volkswagen en 2010. « S’il vient, ce sera fantastique pour lui comme pour nous, raconte Carlos Sainz, qui roule pour l’équipe d’Al-Attiyah. Il lui faudra apprendre à être un peu plus patient, ne pas penser en secondes, apprendre à passer les dunes. Mais avec les qualités du WRC, on apprend vite. » Stéphane Peterhansel, le tenant, a eu l’occasion d’aborder le sujet avec l’Alsacien. « Sa priorité va au circuit, mais il montre de l’intérêt pour la rallye-raid, c’est dans un coin de sa tête. »

Lavigne avait invité Loeb

En 2014, on sait déjà que Sébastien Loeb souhaite s’aligner en championnat du monde des voitures de tourisme (WTCC), mais cette compétition ne débutant qu’en mars, ça lui laisserait la possibilité de s’engager sur le Dakar. La venue du nonuple champion du monde serait un bon moyen de promotion pour le Dakar. S’il n’en a pas besoin à l’international, notamment en Amérique du Sud où il est l’un des évènements sportifs les plus importants de l’année, ce n’est pas la même chose en France, où l’intérêt pour l’épreuve diminue. « Je l’avais invité à venir découvrir les coulisses du Dakar cette année, explique Etienne Lavigne, patron de l’épreuve. Je serais extrêmement heureux s’il venait avec un team structuré, une usine ce serait très bien. Il est le bienvenu. » 

Louis Chenaille (avec Antoine Arlot au Pérou)