RMC Sport

Les aventuriers du Québec

-

- - -

David Bensadoun et Patrick Beaule espèrent être les premiers Canadiens à boucler le Dakar en auto. A six jours de l’arrivée à Lima (Pérou), le duo inexpérimenté est en passe d’y parvenir. Un authentique exploit alors qu’ils découvrent le Dakar cette année.

Ils ont l’occasion d’entrer dans l’Histoire. Jamais un équipage canadien n’a encore franchi la ligne d’arrivée du Dakar dans la catégorie auto. Quatre prétendants se sont déjà cassé les dents sur le mythique rallye-raid. Pas de quoi décourager David Bensadoun, 41 ans, et Patrick Beaule, 36 ans. Malgré une faible expérience du milieu, le duo québécois a pris le départ de l’édition 2012. Et compte bien rallier Lima (Pérou) le 15 janvier prochain. « C’est un rêve qu’on nourrit chacun de notre côté depuis plusieurs années, explique Patrick, le copilote. Moi, je pensais que c’était impossible. Mais David est un gars qui aime les grands projets. On a pris beaucoup de renseignements par rapport à la course. Après quelques rallyes-raid, on a décidé de se lancer. Certains Canadiens l’ont déjà fait en moto, mais on veut être les premiers à terminer le Dakar en voiture. »

Un défi historique que les aventuriers espèrent relever à bord de leur Desert Warrior, un véhicule, loué à un manufacturier anglais, qu’ils n’ont découvert qu’à leur arrivée à Buenos Aires. A la base, David et Paul rêvaient d’Afrique et de moto. Mais l’Amérique du Sud en voiture semble faire leur bonheur pour ce premier Dakar. « Ça fait deux ans qu’on se prépare ensemble, glisse Patrick, avec son accent prononcé. On s’est entraîné un peu au Canada. Mais on n’a pas autant de place qu’ici. Il n’y a pas de dunes ou de montagnes. On est donc allé aussi au Maroc. Ça nous a appris énormément au niveau technique et approche de la compétition. »

David : « On est suivi au Québec »

A l’aube de la 9e étape, les deux amis, qui récoltent également des fonds pour une association de lutte contre le sida, sont confortablement installés en milieu de tableau. Un classement flatteur pour les représentants d’un pays rompu aux sports d’hiver. « Les Canadiens ne s’intéressent pas tellement aux sports mécaniques, reconnait David, marié et père de trois enfants. Mais le Dakar est tout de même très connu parmi les amateurs. On est suivi au Québec, beaucoup plus qu’on ne le pensait. Ça nous a surpris au début. » Sous les yeux de leurs compatriotes, David et Patrick espèrent désormais brandir l’Unifolié au moment d’atteindre la capitale péruvienne dans six jours.

Alexandre Jaquin avec Antoine Arlot