RMC Sport

Les motards fatalistes

Cyril Despres

Cyril Despres - -

Le décès de l’Argentin Jorge Martinez Boero dimanche, lors de la première étape du Dakar a relancé le débat sur la sécurité des deux-roues. Pourtant, il paraît difficile de mettre plus de moyens en œuvre pour éviter qu’un tel drame se reproduise.

Au lendemain du décès de l’Argentin Jorge Martinez Boero, l’incrédulité a laissé place au fatalisme dans les rangs des participants du Dakar. Touchés par ce nouveau décès, les motards n’oublient pas qu’ils sont davantage exposés que les participants en voiture ou en camion en cas de chute. « Je ne pense pas qu’on puisse faire plus en matière de sécurité, assure Cyril Despres, triple vainqueur de l’épreuve. La cylindrée et la vitesse maximum de nos machines ont été réduites. Les motos pèsent moins lourd avec moins d’essence. » Avec des protections sur la quasi-totalité du corps pesant une dizaine de kilos, difficile en effet d’imaginer meilleur rempart à une chute à moto, rendue dangereuse en l’absence d’habitacle.

Avant le départ du Dakar, la direction de course vérifie scrupuleusement les équipements de tous les participants à deux roues. Ces derniers doivent obligatoirement se vêtir d’une protection dorsale, de coudières, de genouillère et de bottes renforcées ainsi que d’un casque homologué par la Fédération internationale de moto (FIM). En revanche, le collier Hans, qui protège les cervicales et que portent les pilotes auto, est simplement recommandé. D’autres moyens importants sont mis en œuvre pour secourir les pilotes accidentés. Trois hélicoptères médicaux, plus ceux de la presse et de l’organisation qui peuvent être réquisitionnés, survolent la course alors que dix véhicules médicalisés sillonnent le parcours. Un hôpital de campagne est dressé à chaque bivouac. Enfin, tous les véhicules sont équipés d’un boîtier « Iritrack » qui permet une communication entre pilotes et organisation. Cette boite bleue enregistre également tout comportement suspect du véhicule.

Aubert, pilote KTM : « Si on a peur, il ne faut pas venir »

Dimanche, une alerte a été envoyée indiquant un passage soudain de la moto n°175 (celle de Jorge Martinez Boero) de 80 à 0 km/h. Les secours étaient sur place cinq minutes plus tard. Mais cela n’a pas suffi pour sauver le motard argentin. « Tout le monde est motivé pour courir ici et des fois on oublie un peu que le risque est présent, indique Johnny Aubert, pilote KTM. Il faut faire très attention. Mais si on a peur, il ne faut pas venir. Les accidents font partie du métier et malheureusement, il y en a trop. » Cyril Despres conclut et rappelle la vulnérabilité des motards. « Comme dans les sports de montagne ou de mer, on fait face à des dangers naturels. En moto, on n’a pas de ceinture, pas de cockpits. C’est vrai que la plupart du temps, les motards le paient cher. »

Le titre de l'encadré ici

Coma et Peterhansel déjà au top |||

Marc Coma (KTM), a remporté la deuxième étape du Dakar, catégorie moto, ce lundi entre Santa Rosa de la Pampa et San Rafael. L’Espagnol prend ainsi la tête du classement général au détriment du Chilien Francisco Lopez (Aprilia), vainqueur de la première étape dimanche et quatrième ce lundi. Si ce dernier reste deuxième du général, à 2’30’’ du vainqueur du jour, il voit revenir Cyril Despres (KTM), désormais troisième du général, à 2’52’’ de Coma. « Ça a été une bonne journée dans l'ensemble, s’est satisfait le Français, triple vainqueur de l’épreuve. Il y avait un peu de poussière ce matin pour doubler, mais dans l'ensemble les concurrents se sont rangés pour me laisser passer, donc merci à eux. » Chez les autos, Stéphane Peterhansel (Mini), grand favori de l’épreuve, s’est imposé devant le Hummer de l’Américain Robby Gordon. Le nonuple vainqueur de l’épreuve prend la tête du classement général avec 2’’28 d’avance sur Gordon. Le grand perdant du jour s’appelle Nasser Al-Attiyah. A bord de son Hummer, le tenant du titre qatari a concédé près de dix minutes en raison d’un problème moteur à deux kilomètres de l’arrivée de la spéciale. Un deuxième sacre d’affilée parait désormais bien hypothétique.