RMC Sport

Loeb toujours chez lui en Allemagne

-

- - -

Sébastien Loeb a terminé la première journée du Rallye d’Allemagne en tête, grâce à 4 victoires de spéciales sur les 6 disputées ce vendredi. L’Alsacien se dirige vers sa neuvième victoire outre-rhin.

Octuple vainqueur du rallye d’Allemagne entre 2002 et 2010, Sébastien Loeb est bien parti pour ajouter une nouvelle édition de la course germanique à son palmarès. Le Français occupe la tête à l’issue de la première journée et de six spéciales dont quatre sont tombées dans son escarcelle. L’actuel leader du championnat du monde WRC devance le Norvégien Petter Solberg de 20 secondes et le Finlandais Jari-Matti Latvala de 29 secondes. « Ils font une très bonne première journée. Loeb a roulé sur un très bon tempo et n’a pas pris tous les risques dans les endroits difficiles, se félicite Yves Matton, patron du team Citroën. Demain (samedi) on va pouvoir continuer à rouler sur ce rythme-là. »

Son pilote a également apprécié cette journée inaugurale dans la région de Trèves : « On a passé une belle journée, c’était impeccable. On a bien creusé l’écart depuis le début, 20 secondes c’est un bon écart sur l’asphalte en une journée. » Pour autant, Loeb ne veut pas se laisser griser par cette entrée en matière réussie. « Pour l’instant tout va bien même si rien n’est joué. Il faut continuer à attaquer demain et ensuite on fera un point à la mi-journée. » Vainqueur de six rallyes cette saison (Monte Carlo, Mexique, Argentine, Grèce, Nouvelle-Zélande, Finlande) sur les huit courus, l’octuple champion du monde craignait la pluie outre-rhin : « C’est toujours un peu moins piégeux de rouler sur le sec, déclare-t-il. La pluie c’est sympa aussi mais comme c’était des nouvelles spéciales qu’on découvrait ici en Allemagne, le sec était plus sécurisant. »

« Loeb est fort »

Pour Yves Matton, qui voue une confiance sans limite à son protégé, ne craint même pas la perspective de conditions climatiques compliquées. « Il connaît un peu les routes parce qu’il y a appris à conduire, analyse celui qui a rejoint Citroën sport en 2002. Mais la grande force de Sébastien Loeb c’est qu’il arrive à adapter son pilotage en fonction des conditions changeantes. Ici, on va prendre des types de routes différents sur les 3 jours avec des conditions qui évoluent vite. » Surtout, son dauphin au classement général WRC Mikko Hirvonen, est déjà relégué à plus de 40 secondes. A l’issue de son week-end allemand, Loeb pourrait déjà poser une main sur son neuvième titre de champion du monde.

Jérôme Carrère