RMC Sport

Rallye de Suède : Ogier prince des neiges

Sébastien Ogier

Sébastien Ogier - -

Sébastien Ogier a remporté le rallye de Suède ce dimanche. A 29 ans, il offre à Volkswagen son premier succès en WRC et devient le deuxième pilote non-nordique à dompter les routes enneigées après Sébastien Loeb, son dauphin.

Dans la cour des grands. Des très grands, même. A 29 ans, Sébastien Ogier est entré dans la légende du WRC ce week-end en remportant le rallye de Suède. Un royaume réfrigérant et glissant que le pilote Volkswagen a réussi à dompter avec maestria. Au milieu des sapins blanchis, le natif de Gap a donné la leçon aux champions locaux. « Ça a été un week-end fantastique pour nous, glisse le héros du jour sur RMC. On ne s’attendait pas à ça pour notre deuxième course avec la Polo. C’est une superbe nouvelle. Je tiens à remercier toute mon équipe qui m’a fourni une voiture vraiment parfaite. Avec Volkswagen, on est reparti de zéro l’an passé. On a dû faire énormément d’essais pour développer cette voiture. C’est génial de voir que ça paye déjà ! »

En décrochant la huitième victoire de sa carrière, la première de Volkswagen en WRC, Ogier a marqué les esprits sur les routes d’Hagfors. Avant lui, un seul pilote non nordique était parvenu à inscrire son nom au palmarès de l’épreuve. Il s’agit de Sébastien Loeb, en 2004. Neuf ans plus tard, l’Alsacien a dû se contenter de la deuxième place, à 41’’08 de son compatriote et ancien coéquipier chez Citroën. Un doublé historique pour le sport automobile français.

Ogier : « Loeb nous a mis une pression énorme »

« Avec Seb, ça a été chaud, sourit Ogier. Il nous a mis une pression énorme. Il a roulé incroyablement vite. Il nous a poussés à attaquer pour ne pas perdre trop de temps. C’est génial d’offrir un doublé français en Suède. » En raflant la Power Stage, le nouveau roi de Suède en a également profité pour s’emparer de la tête du classement général devant... Loeb. Une sorte de passation de pouvoir entre Ogier, appelé à régner dans les prochaines années, et le nonuple champion du monde en titre, qui dispute les dernières courses de sa carrière en WRC.

De quoi regretter que les deux hommes ne fassent que se croiser cette saison. « Seb, c’est la référence, l’homme à battre, glisse Ogier. Il a toujours été le plus rapide, depuis longtemps. Mais on a prouvé qu’on était capable de se battre avec lui. Ça a souvent donné de belles bagarres. Après deux courses cette année, on est à 1-1 (Loeb avait remporté le Monte-Carlo, ndlr). C’est vrai que ça aurait pu offrir un beau championnat. Mais bon, c’est fait. Il a pris une autre direction et il le mérite aussi après toutes ses victoires et tous ses titres ». Des titres que la nouvelle sensation du circuit entend bien rafler à son tour. Avec ou sans Loeb dans les parages. 

Alexandre Jaquin