RMC Sport

WRC : Ogier, l’avènement de l’autre Sébastien ?

Sébastien Ogier

Sébastien Ogier - -

Avec la semi-retraite de Sébastien Loeb, nonuple champion du monde, Sébastien Ogier, à bord de la nouvelle Volkswagen Polo WRC, est l’un des principaux prétendants au titre du championnat du monde qui débute mercredi au Monte-Carlo.

On l’avait quitté chafouin il y a deux ans, lassé par ses « guéguerres » de mots avec Sébastien Loeb, son équipier d’alors, et les consignes d’équipe de Citroën en faveur de l’aîné. Sébastien Ogier est réapparu regonflé à bloc pour cette nouvelle saison WRC qu’il découvrira à bord de la nouvelle Volkswagen Polo WRC à partir de ce mercredi au rallye de Monte-Carlo. Après avoir passé la dernière saison au volant d’une Skoda Fabia S2000 le temps de parfaire sa nouvelle voiture, « l’autre Sébastien » fait aujourd’hui figure de candidat à la succession de Loeb. Grâce à la force de frappe de l’écurie allemande, disposant d’importants moyens financiers.

« On part avec des ambitions mais aujourd’hui, la référence c’est Citroën, tempère-t-il. Ils dominent depuis de nombreuses années. C’est l’équipe à battre, ça ne va pas être évident pour nous mais Volkswagen met tous les moyens disponibles pour essayer de rattraper notre retard sur ces équipes et pour les battre rapidement. » A la recherche d’informations sur le potentiel de son bolide, Ogier a déjà dû faire face aux caprices des routes enneigées en abimant son pare-chocs, ce mardi lors du « shakedown » (séance d’essai). « Ce n'est pas aujourd'hui que l'on va en apprendre beaucoup plus sur la performance de la voiture par rapport aux autres, regrette-t-il. Quand les conditions sont comme ça, tout peut arriver et n'importe qui peut partir à la faute très rapidement. Le choix des pneumatiques va être crucial, déterminant. »

Ogier : « La participation de Loeb ne fausse rien »

Alors qu’il dispute son premier Monte-Carlo en WRC, il pourra s’appuyer sur son expérience en IRC en 2009, année où il avait dominé l’épreuve. Mais la donne est différente dans la catégorie reine, d’autant que la concurrence est forte. Car s’il devra lutter avec Mikko Hirvonen (nouveau leader Citroën), Jari-Matti Latvala (VW) ou les jeunes pousses de Ford (écurie privée), Mads Ostberg, Evgueny Novikov et Thierry Neuville, un autre concurrent de gros calibre prendra le départ du Monte-Carl’ : Sébastien Loeb. Le nonuple champion du monde, semi-retraité des rallyes, a en effet inscrit ce rendez-vous à son agenda comme ceux de Suède, d’Argentine et d’Alsace.

L’occasion de retrouvailles amicales entre ces deux pilotes qui ont enterré la hache de guerre depuis l’époque Citroën. Les deux hommes ont d’ailleurs longuement discuté après le point-presse du jour avec de larges sourires. « On ne peut pas dire que sa participation au rallye de Monte-Carlo fausse quelque chose, estime Ogier. Je ne pense pas qu’on fera attention au temps de Loeb. Ça satisferait tout le monde qu’il soit deux minutes devant et que les autres se battent entre eux. » S’il veut se positionner comme le nouveau cador de la discipline, l’ombre du maître incontesté planera toujours.

Nicolas Couet avec Julien Richard