RMC Sport

Batum : « On a la médaille en tête »

L'ailier de Portland voit grand pour les Bleus à l'Euro.

L'ailier de Portland voit grand pour les Bleus à l'Euro. - -

Auteur de premiers pas remarqués sous le maillot bleu lors de la compagne de qualification, Nicolas Batum vise le podium à l’Euro polonais, qui débute lundi.

Nicolas Batum, le fait de jouer en NBA vous donne-t-il un statut particulier en équipe de France ?
Je ne pense pas trop à ça. Ça ne fait qu’un an que j’y suis, je n’ai rien prouvé. D’autres sont là depuis cinq ou six ans. Tony (Parker), Boris (Diaw) et même Ronny (Turiaf), qui commence à avoir une grosse cote, ont un vrai statut de joueur NBA. Pas moi. Je n’ai même rien fait en Europe au niveau professionnel.

Vous avez hérité à l’Euro d’une poule avec l’Allemagne, la Lettonie et la Russie. Un tirage plutôt bon en raison de l’absence des stars…
C’est vrai que c’est très ouvert. Mais il faut faire attention. Sans leurs stars, certaines équipes peuvent se transcender. Elles n’ont rien à perdre et ça peut être le piège. Qui aurait parié sur un titre de la Russie il y a deux ans ? Elle peut encore réussir de grandes choses sans Holden et Kirilenko. Même sans Nowitzki, l’Allemand reste dangereuse. On sait qu’on a normalement neuf matches à faire à fond. Il n’y aura pas de rattrapage.

Les quarts de finale sont votre objectif officiel. Mais n'avez-vous pas les moyens de viser plus haut ?
Le minimum est de nous qualifier pour les championnats du monde (Les six premiers sont qualifiés ou sept six la Turquie, organisatrice, en fait partie, ndlr). Mais après, ce qu’on a en tête, c’est vraiment la médaille. Ce serait une déception de repartir de Pologne sans.

Avez-vous peur d’avoir laissé trop énergie dans ces matches de qualification ?
Je ne pense pas. La qualification peut plus être un déclic pour nous. Plutôt que de jouer à 50%, 20 minutes par match, on a eu de vrais matches de compétition. Là, on arrive lancés.

La rédaction