RMC Sport

Euro : les Bleues évitent le coup de froid

Céline Dumerc, la capitaine des Bleues, dans les bras d'Isabelle Yacoubou

Céline Dumerc, la capitaine des Bleues, dans les bras d'Isabelle Yacoubou - -

Mises en danger par la Suède ce jeudi soir en quarts de finale de l’Euro, les Bleues ont dû serrer la vis pour se qualifier pour les demi-finales (87-83). Céline Dumerc (16 points, 4/7 à 3 points) a été fabuleuse en fin de match.

Un vent du nord particulièrement glaçant. Il ne venait pas du pays ch’ti, mais du cercle polaire. Et portait deux sœurs à la crinière blonde et au shoot soyeux, Frida (21 points) et Elin (17 points) Eldebrink. Il a failli saisir les Bleues et les stopper sur place, ce jeudi soir à Orchies (Nord), en quarts de finale de l’Euro. Mais les « Braqueuses » ont su éviter le coup de froid au dernier moment (87-83) et rejoindre la Turquie en demi-finales (vendredi, 20h). Grâce à une Céline Dumerc « londonienne » (16 points, contre 5 en moyenne depuis le début de l'Euro), héroïne retrouvée avec trois tirs à trois points réussis dans les 136 dernières secondes.

« Caps’» avait commencé comme elle a fini, avec 7 points en trois minutes. Mais la meneuse de jeu tricolore avait ensuite multiplié les fautes, jusqu’à en prendre une quatrième à six minutes de la fin… du troisième quart temps. Heureusement, Edwige Lawson-Wade (14 points, 6 passes) et Gaëlle Skrela (13 points, 3/5 à trois points) ont parfaitement assuré l’intérim pour que les Bleues restent dans le match, à l’adresse. Une qualité qui n’en était pas vraiment une lors de cet Euro, un défaut qui ne s’était pas trop vu avec six victoires en six matchs.

Yacoubou : « ‘‘Caps’’, elle m’a fait kiffer »

Mais face à cette Suède coureuse et shooteuse, les « Braqueuses » ont eu besoin de trouver d’autres atouts. En retard sur les écrans, leur défense a souffert comme jamais depuis 12 jours. Et le secteur intérieur, où régnaient d’habitude Sandrine Gruda (7 points, 1 rebond) et Isabelle Yacoubou (11 points, 1 rebond), a été complètement coupé par la zone suédoise. C’est donc au mental, en ne cédant pas à la panique, et à longue distance (48% à trois points) que ces Bleues ont survécu au piège tendu par les sœurs Eldebrink et leurs coéquipières.

« Les Braqueuses sont de retour, peut alors crier Emmeline Ndongue sur RMC à la fin du match. Plus sérieusement, on n’a pas tenu les choses défensivement. On les a laissé shooter. Elles ont eu une adresse incroyable. » « On n’a pas su arrêter les sœurs Eldebrink, reconnaît aussi Isabelle Yacoubou. Mais ‘‘Caps’’, elle m’a fait kiffer ! » Avant d’exulter, la Pubeco Pévèle Arena d’Orchies a tremblé, à 1’59 de la fin. Après avoir égalisé (77-77), Céline Dumerc s’accroche avec Anna Barthold sur la possession suédoise. Mais la faute, qui aurait été la cinquième de la Française, est offensive. Et derrière, « Caps » embrase le cercle…

A lire aussi :

- Ndongue : « Les Braqueuses sont de retour ! »

- Yacoubou : « Caps m’a fait kiffer ! »

- La France en demi-finales