RMC Sport

Euro : les Braqueuses au rendez-vous

Isabelle Yacoubou

Isabelle Yacoubou - -

Les Françaises n’ont pas manqué leur entrée en matière dans cet Euro, en battant largement la Lettonie ce samedi (62-39) à Trélazé. Isabelle Yacoubou a fait le spectacle avec 17 points (7/7 aux tirs) et 4 rebonds en seulement 12 minutes.

Elles étaient attendues, elles n’ont pas failli. Malgré la pression, les Bleues ont battu la Lettonie (62-39) ce samedi dans leur premier match de poule dans cet Euro 2013. Une victoire solide des Braqueuses, vice-championnes olympiques et favorites de la compétition. Jamais la France n’a été inquiétée dans cette rencontre, face à une équipe lettonne très faible. Solides en défense, les joueuses de Pierre Vincent ont pris l’ascendant dès les premières minutes, gérant leur avance et se permettant même de laisser échapper quelques lancers.

Principal motif de satisfaction dans cette rencontre : la défense française, solide à en écœurer les Lettonnes. Sandrine Gruda a été impressionnante dans le jeu à l’intérieur. Quant à Isabelle Yacoubou, elle a été impériale. Avec 17 points (7/7 aux tirs) et 4 rebonds en seulement 12 minutes de jeu, l’intérieure aux cheveux bleus a fait le show ! « On ne pouvait pas rêver mieux, s'enthousiasme la pivot des Bleues. On arrive à s’appuyer sur la force de notre équipe : le collectif. Tout le monde peut marquer des points dans cette équipe. Après, les adversaires doivent faire des choix : ce soir, j’étais libre donc j’en ai profité pour marquer (17 points). » Le public de Trélazé ne s’y est pas trompé, en lui réservant une ovation à sa sortie du terrain.

Yacoubou étincelante, Dumerc discrète

Tout n’est pas parfait pour autant. Les Bleues ont même connu un petit passage à vide dans le troisième quart temps, remporté par les Lettones. Un manque de réalisme offensif qui pourrait jouer des tours à l’équipe de France face à des adversaires plus coriaces. Pour l'entraineur Pierre Vincent, il reste encore du travail. « Plutôt satisfait de la qualité défensive, en particulier en première mi-temps, moins en début de seconde, où on commet des erreurs, analyse-t-il. Moins satisfait de la version offensive. On n’est pas toujours très juste, mais bon, c’est toujours compliqué de rentrer dans la compétition. Certaines joueuses ne se sont pas encore lâchées mais ça va venir. »

Symbole de ces imperfections françaises : Céline Dumerc. La star de cette équipe de France, meilleure joueuse de l’année, n’avait pas sorti ses habits de gala. Un an après son festival à Londres, elle est restée discrète ce samedi (1 point, 3 passes). La Serbie, ce dimanche (21h) à Trélazé, aura-t-elle droit au retour au premier plan de « Caps » ? Elle ressurgira sûrement quand l’opposition s’élèvera…

A lire aussi :

- Euro : « Braqueuses » et ambitieuses

- Dumerc : « Tout le monde va vouloir la peau de la France »

- Euro : Les Braqueuses attendues comme jamais