RMC Sport

Monclar : « Maintenant, on veut l’or ! »

-

- - -

L’équipe de France a réussi l’exploit : battre l’Espagne en demie de l’Euro pour atteindre la finale. Pour Jacques Monclar, membre de la Dream Team RMC Sport, les Bleus n’ont rien lâché, malgré une première mi-temps compliquée.

Les Bleus accèdent à la finale de l’Euro grâce à leur victoire face à l’Espagne ce vendredi soir (75-72). Après 8 défaites consécutives, l’équipe de France a fait chuter sa bête noire au meilleur moment. Jacques Monclar, membre de la Dream Team RMC Sport, se réjouit de cet exploit mais s’attend à une finale compliquée face à la Lituanie, dimanche (21h). « Ouf, c’est fait !, exulte-t-il. Les Français n’ont pas tremblé en fin de match, notamment au lancer franc, à l’image d’Antoine Diot ou bien sûr Tony Parker. Ils n’ont rien lâché. Le sport est magique. Ce sont des moments sublimes, un vrai thriller. Tony ? La plus belle chose qu'il fait, c’est de fédérer. Au-delà de sa qualité individuelle qu’on connait et on va le dire, c’est le meilleur meneur de jeu du monde, il a en plus un charisme bouillant. Sur le terrain comme dans le verbe. C’est un maestro comme le sport français en a peu connu. »

« Piétrus a été monumental »

« Les Espagnols nous ont mis le grappin dessus en première mi-temps. On était hors rythme. C'était tellement frustrant. Il a fallu que l’officier gentleman Tony Parker lève la voix, que Vincent Collet dise deux mots, que Boris Diaw fédère. On avait mis vingt points, perdu onze ballons, on se faisait marcher dessus, on était vilains. On donnait à manger à la relance espagnole. C’est là qu’il y a eu un gros changement en seconde période. L’Espagne, qui avait aussi fait un match de rêve contre la Serbie, est peut-être arrivée un peu suffisante au retour des vestiaires. Et on leur a sauté dessus. On a commencé à les stopper, puis plusieurs joueurs ont mis des trois points, la défense marchait bien, Tony en fil rouge qui est juste immense, un maestro qui a été plus loin physiquement que tout ce que l’on peut s’imaginer. Dès la fin du troisième quart-temps, on a senti que les Espagnols n’étaient pas sereins. Ils se sont reposés sur le talent de Fernandez, Rodriguez et Gasol mais ils ont fini par exploser. Rendez-vous compte, on ne mène au score que pendant 33 secondes dans le temps réglementaire ! On finit par accrocher la prolongation et là, c’est ventre ouvert, on dépose et ça tourne du bon côté. Il faut souligner le travail de Florent Piétrus, au milieu de joueurs plus grands et plus lourds que lui. Il a été monumental de dévouement et d’abnégation. »

« Maintenant, cap sur la finale. Bien sûr, battre l’Espagne est très savoureux. Mais il ne faut pas s’arrêter à ça. Les garçons veulent l’or. On a été châtié physiquement par la Lituanie en poules (défaite 76-62). On les retrouve, il va falloir leur sauter dessus. Peut-être faire un vilain match mais ramener l’or à la maison. Ce sera dur. On sait que la Lituanie est une équipe forte. Tony Parker était fatigué en fin de match. Mais la finale n’a lieu que dimanche à 21 heures. C’est une finale de championnat d’Europe donc on efface tout. Samedi, ils vont s’entrainer et réfléchir tactiquement. On connait la Lituanie puisqu’on l’a jouée en poule (défaite 76-62) et on a déjà des repères. On a déjà eu la médaille d’argent en 2011 mais maintenant, on veut l’or ! »

A lire aussi :

>> Euro : L'exploit magnifique des Bleus

>> Parker : "J'étais très, très énervé"

>> Piétrus : "Aller chercher l'or"

Jacques Monclar