RMC Sport

Parker, ce géant

Florent Pietrus et Tony Parker, champions d'Europe !

Florent Pietrus et Tony Parker, champions d'Europe ! - -

A 31 ans, Tony Parker est désormais triple champion NBA avec les Spurs et champion d’Europe avec l’équipe de France. Le meneur de jeu tricolore, MVP de l’Euro, monte encore dans la hiérarchie des plus grands sportifs du pays.

Imaginons la scène. La nuit est tombée, à Ljubljana. Les joueurs de l’équipe de France ont rejoint leurs chambres, à la veille du jour le plus important de leurs vies. Quelqu’un frappe à la porte. Tony Parker. Triple champion NBA (2003, 2005, 2007), encore finaliste au printemps dernier. Le cœur et l’âme peints en bleu-blanc-rouge depuis un soir de novembre 2000. « Il m’a dit : ‘‘On a besoin de toi. Pour moi, c’est toi le meilleur ailier d’Europe, montre-le’’ » raconte Nicolas Batum, fantastique le lendemain en finale de l’Euro contre la Lituanie avec 17 points dans le premier quart-temps. « C’est mon job d’être le leader, de montrer la voie, explique modestement Tony Parker. Je suis allé dans les chambres de tout le monde samedi soir, pour leur expliquer qu’on n’a pas beaucoup d’opportunités et que quand on en a une, il faut la saisir. »

Mission réussie. Les Bleus sont champions d’Europe pour la première fois de leur histoire. TP est MVP et meilleur marqueur du tournoi, avec 19 points de moyenne. « La consécration, pour l’ancien sélectionneur Alain Weisz, qui a dirigé le génie lors de ses deux premiers championnats d’Europe (6e en 2001, 4e en 2003). Dans toutes les grandes victoires en sport collectif, on a eu un joueur exceptionnel. Il y a eu Michel Platini, Zinedine Zidane, Jackson Richardson, Nikola Karabatic. Tony Parker domine d’une façon exceptionnelle. On tient là un champion d’exception. » Les comparaisons sont flatteuses. Elles sont justes. Avec cette médaille d’or, Tony Parker assouvit enfin sa quête de victoire en équipe de France et renforce sa position parmi les plus grands sportifs français.

Son frère : « Ça lui tenait vraiment à cœur »

Et pour ses proches, ce sacre vaut une bague ou deux de champion NBA. « Pour Tony, c’était le seul titre qu’il n’avait pas eu, souligne son frère TJ, venu le rejoindre en Slovénie avec d’autres membres de la famille. Ça lui tenait vraiment à cœur. Il revient tous les étés en équipe de France. Il a gagné, il le mérite. Je crois que ça va être l’un de ses titres les plus forts. On a grandi en France, on a fait notre éducation en France. Il a galéré pendant 13 ans. C’est énorme ! » Treize années bleues derrière lui. Et encore quelques-unes devant lui. L’Espagne en 2014, l’Ukraine en 2015, le Brésil en 2016. Il y aura peut-être d’autres souffrances. Mais comme celles du passé ne l’affecteront pas, aucune n’effacera le souvenir doré du 22 septembre 2013. « Avec Boris (Diaw), Flo-Flo (Pietrus), Mickaël (Gelabale), quand on en reparlera dans 10, 20 ans, on pourra dire qu’on est allé au charbon, qu’on y a cru, alors que personne n’y croyait », confie TP. Il a emmené les Bleus au sommet de l’Europe.

A lire aussi :

>> Euro : champions, ces Bleus !

>> EN IMAGES : des Bleus en or

>> Les Bleus champions d'Europe : toutes les réactions

La rédaction