RMC Sport

Parker : « Fier d’entrer dans l’histoire »

Tony Parker

Tony Parker - -

DOCUMENT RMC SPORT. Après une très courte nuit, Tony Parker est revenu avec émotion sur le titre de champion d’Europe conquis dimanche soir face à la Lituanie. Le meneur des Bleus n’est pas redescendu de son nuage.

Tony Parker, tout d'abord, comment allez-vous ?

Très, très bien. Il y a beaucoup de bonheur. Toute la nation était derrière nous. C’est génial de voir l’impact que l’on a eu sur toute la France, sur tous les jeunes. C’est assez impressionnant. C’est une grosse fierté d’entrer enfin dans l’histoire et d’amener ce premier titre au basket français.

La nuit fut courte à Ljubljana...

Personnellement, j’ai un peu fait la fête mais pas trop. J’essayais plutôt de réaliser ce qu’on venait de faire. Je vais me rattraper ce soir avec les Français. A Paris, ça sera sympa. Hier soir, j’avais encore la tête dans les étoiles. Je me disais : « C’est fort ce qu’on a fait. »

Un mot sur votre attachement pour ce maillot bleu...

J’ai commencé en équipe de France à 14 ans avec les cadets. Après, on a été champion d’Europe juniors avec Boris (Diaw) à l’âge de 18 ans. On m’a donné les rênes de l’équipe en 2003. Cela fait donc dix ans qu’on courrait après ce titre. Mais l’histoire est géniale. Je ne changerais rien. On est passé par toutes les étapes. On a essayé de progresser chaque année. Il y a eu le bronze en 2005, l’argent en 2011 et enfin la consécration cette année. C’est une belle histoire.

Que représente ce maillot pour vous ?

C’est mon pays. Je suis fier de jouer avec le maillot bleu. C’est dur d’expliquer ce que je ressens. Cette flamme est née après notre titre de champion d’Europe juniors. On s’était promis de gagner le premier titre européen en seniors. On a réussi à le faire.

Comme en 2011, vous avez été élu meilleur joueur de l'Euro. Ce titre a-t-il la même saveur que le titre de champion d'Europe ?

Non. Ce n’est pas aussi fort. C’est un honneur d’être élu meilleur joueur de l’Euro mais ce n’est rien comparé à un titre collectif. On a conquis ce titre de champion d’Europe ensemble. En finale, on a fait le match parfait. Tout le monde a participé. C’est vraiment une victoire d’équipe. C’est ça qui est fort !

En France, on vous compare désormais à Zinedine Zidane dans l'histoire du sport français

J’étais un grand fan de Zizou. C’est un honneur d’être cité dans la même phrase que lui. Zizou, c’est une icône, une Coupe du monde (1998) et une finale (2006), un Euro (2000). Il a beaucoup fait pour le sport français. Ça me touche et me va droit au cœur.

Après les festivités, il y aura le retour à San Antonio

Oui, je reprends le 30 septembre avec les Spurs. Tout mon coaching staff m’a félicité. Coach « Pop » (Gregg Popovich, le coach de San Antonio) criait au téléphone. Il était tellement content pour moi. Ça fait plaisir de voir tous les gens qu’on a rendus heureux.

L'avenir, c'est aussi l'Euro 2015 et surtout les Jeux Olympiques en 2016 au Brésil. Vous aurez alors 34 ans...

J’ai déjà annoncé que j’irai jusqu’aux JO. Obtenir une médaille aux Jeux Olympiques, c’est l’objectif ultime. Je ne sais pas ce que je vais faire l’année prochaine mais c’est clair que je serai à l’Euro 2015 et aux JO 2016.

A lire aussi :

« Tony Parker vous impressionne-t-il plus que Zinédine Zidane ? »

La folle nuit des Bleus

Monclar : « Un bijou de basket »

Propos recueillis par Nicolas Jamain à Ljubljana