RMC Sport

Batum : « Je veux tout, tout de suite »

Nicolas Batum

Nicolas Batum - -

Deuxième jour de stage pour l’Equipe de France de basket à Pau. Les Bleus doivent faire sans plusieurs cadres (Tony Parker, Ronny Turiaf et très certainement Joakim Noah), mais avec un jeune pétri d’ambitions : Nicolas Batum. Révélé l'été dernier lors des barrages pour l'Euro, il revient cette année avec un nouveau statut et un objectif clair : faire briller la France.

Que pensez-vous de l’absence de certains cadres comme Tony Parker ?

Tony et les autres joueurs majeurs de la Ligue Américaine, ils jouent quasiment plus de 100 matchs à 35-40 minutes par saison. Ils ont donc parfois le droit de faire l’impasse sur des étés. Et quand tu vois que sur quatre ans, il y a le championnat d’Europe, puis les championnats du monde, puis le championnat d’Europe et enfin les J.O, c’est peut-être l’été où tu peux faire l’impasse. […] Les Américains, eux, ils s’en foutent des championnats du monde. Même si tu finis dernier, ce type de compétition n’a aucune incidence sur l’avenir. Donc il y a plus de stars absentes.

Pour avoir vécu ce type de compétition estivale l’année dernière avec l’Euro, avez-vous l’impression que ça booste ou que ça fatigue ?

Moi, ça m’a boosté. Je suis revenu aux Etats-Unis avec une grosse confiance. Portland m’a vu avec un œil différent. Ils ont trouvé que j’avais pas mal mûri dans mon jeu. Ça m’a aidé à franchir un palier cette année. Notamment en constance. C’est d’ailleurs pour cela que je suis là et qu’ils m’ont laissé partir. Ils m’ont dit que l’équipe de France allaient m’aider à en franchir un nouveau pas en vue de l’année prochaine.

« Etre dans le Top 3 du Mondial »

Justement, à 21 ans, vous revenez avec plus de responsabilités. Vincent Collet dit compter sur vous pour encadrer le groupe. Comment vivez-vous ce nouveau statut ?

Je le prends bien. Je vais essayer d’être un leader de cette équipe et de mener la France à bien. Il faut que je confirme. On a 15 matchs cet été. Je vais essayer de faire 15 bons matchs et d’enchaîner avec la NBA. Ce que j’ai fait l’année dernière, c’était bien, mais c’était l’année dernière. Maintenant, ce sont les championnats du Monde. Même s’il y a des absents, on a une équipe pour faire un truc bien. Être dans le Top 3 du Mondial.

Vous êtes sur l’affiche de la campagne des Bleus pour les championnats du monde. Qu’est-ce que cela vous fait ?

Je ne m’attendais pas à être en tête d’affiche. Je ne vais pas me dire que c’est bon pour autant. Parce qu’ils s’en foutent les gens en face. Tu vas jouer contre les Lituaniens, ils vont te dire : ‘Ouais, tu es en tête d’affiche, et alors ?’. Car si tu foires derrière, ça ne sert à rien. Ce qui compte, c’est d’être là sur le terrain et être le meilleur possible pour aider la France à gagner. Je n’ai pas envie d’attendre. Je veux tout. Tout de suite. Quand j’intègre une équipe, j’ai envie d’avoir de l’impact, car j’ai envie de gagner. Et je vais tout faire pour aider mon équipe à être la plus forte possible.

Maxime Marchon