RMC Sport

Douche froide pour les Bleues

Allison Pineau et Amandine Leynaud

Allison Pineau et Amandine Leynaud - -

Crucifiée par un penalty à la dernière seconde, l’équipe de France féminine de handball a été éliminée mardi en quart de finale des JO par le Monténégro (23-22). Cruelle pour des Bleues jusqu’alors invaincues.

C’est un scénario qu’elles n’imaginaient pas une seule seconde. Les joueuses de l’équipe de France de handball ne décrocheront pourtant pas de médaille olympique. Les Bleues se sont fait sortir dès les quarts de finale par le Monténégro (23-22), ce mardi, en encaissant un penalty à la toute dernière seconde. Invaincues après une phase de poule quasi parfaite (quatre victoires, un match nul) et favorites de ce match, voire de la compétition, les filles d’Olivier Krumbholz ont payé au prix fort leur approximations en attaque. « Les Monténégrines jouent bien au handball, elles jouent très proprement. Il ne fallait pas perdre des ballons comme on l’a fait à profusion, regrette Daniel Costantini, membre de la Dream Team RMC. La défense française était en place mais il y a eu beaucoup de gaspillage en attaque avec des pertes de balles. »

Les vices championnes du monde ont pourtant fait la course en tête pendant une bonne partie de la rencontre face à de talentueuses Monténégrines. Elles pensaient même avoir fait le plus dur lorsqu’elles ont compté jusqu’à trois buts d’avance (17-14) en début de deuxième mi-temps. Seulement, la machine s’est grippée et l’avantage a volé en éclats. Pendant six minutes, Allison Pineau and co sont restées aphones. Prises dans l’étau de la défense monténégrine, elles ont peiné à trouver des positions de tir ou ont buté sur les gardiennes adverses Sonja Barjaktarovic (41% d’arrêts) et Marina Vukcevic (40% d’arrêts).

Costantini : « Un manque de maturité dans le money time »

« Les filles ont été valeureuses mais elles ont manqué de maturité dans le money time, pointe du doigt Daniel Costantini. On n’a pas réussi nos derniers tirs. Leur gardienne, qui n’est pas une star, a fait deux ou trois arrêts décisifs dans les trois dernières minutes. C’est ce qui nous a manqué pour aller en demi-finales. » Il a également manqué beaucoup de chance. Alors que les Monténégrines venaient d’échouer sur Amandine Leynaud à 20 secondes du terme, Raphaëlle Tervel s’est jetée à terre pour récupérer le ballon, entrainant une montée offensive de toutes ses coéquipières. Mais la Française s’est finalement fait chiper la balle. Camille Ayglon a alors sacrifié son genou pour commettre une faute et concéder un jet de sept mètres. A l’issue très cruelle.

Nicolas Couet