RMC Sport

Euroligue: l'ASVEL soigne son entrée en lice face à Kaunas

L'ASVEL a signé une belle victoire ce vendredi contre Zalgiris Kaunas (88-76) lors de la première journée de la saison en Euroligue. Bien emmené par le meneur français Elie Okobo (23pts), le club de Lyon-Villeurbanne a sorti une grosse performance face aux Lituaniens.

Au lendemain du joli succès de Monaco contre le Panathinaikos (75-63), l'ASVEL en a fait autant contre le club lituanien de Zalgiris Kaunas (88-76) ce vendredi lors de la première journée de la saison d'Euroligue à l'Astroballe.

Cette rencontre, la première officielle des champions de France qui partaient dans l'inconnu après une préparation difficile, a aussi marqué le retour du public villeurbannais après un an d'absence en raison de la crise sanitaire, avec une assistance de 4.215 spectateurs.

"Le public? Ça te pousse, tu mets un tir après un temps mort et ça te pousse, ça te motive, ça te donne envie de défendre. C’est comme un sixième homme, c’est vraiment beau de revoir l’Astroballe avec des gens dedans donc j'espère qu’ils pourront venir encore plus nombreux, s'est félicité le coach villeurbannais TJ Parker. Je me souviens de notre retour en Euroligue, en 2019, c’était blindé jusqu’à rester debout dans les couloirs donc j’espère qu’on va pouvoir redonner un peu cette identité et puis leur donner du beau basket et qu’ils viennent nous soutenir."

Okobo, 100% de réussite au tir

Portés par Elie Okobo (100% aux tirs, 23 pts), Chris Jones (14), Youssoupha Fall (12) ou encore Charles Kahudi (11), les Villeubannais, privés de plusieurs joueurs majeurs comme les Américains David Lighty, Raymar Morgan ou encore James Gist, venu en pigiste médical remplacer Morgan, ont mené quasiment toute la partie.

"En attaque, je sais ce que peut faire Elie. Ce n’est pas l’attaque qui m'intéresse, moi c’est défensivement. Il prend beaucoup trop de points. Quand il était en NBA, je pense qu’il ne connaît pas la moitié de l’Euroligue, mais il y a des joueurs qui sont très très bons, a estimé son entraîneur TJ Parker après la rencontre. Et donner un premier tir ouvert à Strelnieks alors qu’on en avait parlé, là il va falloir qu’il grandisse en défense. Mais sinon, bien sûr, bon match pour un joueur qui n’avait pas joué depuis longtemps quand même.”

Les joueurs rhodaniens ont obtenu notamment une avance de treize points en première période (38-25, 17e) alors que le score à la pause n'était plus que de 44-36.

Dans le troisième quart-temps, Kaunas, dont c'était déjà le quatrième match officiel, sous l'impulsion, notamment, de Janis Strelnieks (21 pts) a comblé son handicap parvenant à égaliser à la 25e minute (50-50).

Débuts timides pour Wenbanyama

Mais trois tirs à trois points de Chris Jones puis Antoine Diot ont permis à Villeurbanne de reprendre une bonne avance (59-50, 27e) portée jusqu'à +20 à sept minutes de la fin (76-56) après avoir marqué dix points de suite. Dans l'ensemble, les champion de France ont eu une bonne efficacité avec 60% au tirs à deux points (24/40), 47,8% à trois points (11/23) et 70% aux lancers francs (7/10).

De son côté, le jeune pivot, Victor Wenbanyama (17 ans), meilleur espoir du championnat de France la saison dernière et présenté comme le plus gros potentiel du basket français, a effectué des débuts difficiles et timides en Euroligue. Il n'a joué que 3 minutes 23 secondes, sur les deux premiers quart-temps, au cours desquelles il n'a eu aucune influence.

JGL avec Gaëtan Barralon