RMC Sport

Nanterre-CSKA Moscou : le choc des mondes

Pascal Donnadieu

Pascal Donnadieu - -

Quatre mois après son titre de champion de France, Nanterre, pour le premier match européen de son histoire, reçoit le CSKA Moscou, ce jeudi en Euroligue (20h45). Une affiche déséquilibrée que la JSF aborde avec simplicité. Et respect.

Milos Teodosic, Sonny Weems, Nenad Krstic. Entre autres. Dix participations au Final Four de l’Euroligue sur… onze possibles depuis 2003, six titres continentaux, 20 sacres nationaux, dont les 11 derniers consécutivement. Le tout mélangé par la main experte d’Ettore Messina. Et vous obtenez le CKSA Moscou. Une véritable Dream Team de l’Europe du basket. Un des prétendants assumés et attendus pour la victoire finale en Euroligue. Une équipe, la deuxième, venant du Vieux Continent à avoir battu une franchise NBA (Minnesota), à deux doigts de faire coupe double contre les Spurs il y a une semaine (défaite de deux points). Et… l’adversaire de Nanterre, ce jeudi (20h45), à la Halle Carpentier de Paris, qui plus est pour les débuts du champion de France en titre dans cette compétition. Sacré baptême pour la JSF.

Alors il y a ceux qui rêvent. Qui savourent ce bonus inédit, venu récompenser une saison précédente tout aussi inespérée. Ce Noël avant l’heure. « Si on m’avait dit un jour que j’aurais joué l’Euroligue aussi rapidement avec Nanterre, avant-dernier budget de ProA de l’année dernière… C’est un scénario à la Spielberg, savoure Johan Passave-Ducteil. C’est un rêve éveillé ! » Et comment ! Certes invaincu en championnat cette saison (trois succès en trois matches), Nanterre va complétement dépareiller jeudi soir face à son adversaire. Des stars à gogo contre un effectif plus modeste et 45 millions d’euros de budget contre 4,5… Le précipice entre les deux clubs est profond.

Donnadieu : « Irréaliste de penser qu'on puisse les battre »

« C’est David contre Super Goliath, lâche Pascal Donnadieu, l’entraîneur de la JSF. Si jamais, autour de moi, il y a quelqu’un qui me dit qu’il pense que Nanterre peut battre Moscou, qu’il me fasse signe ! Bien évidemment, ce ne serait même pas prétentieux mais complètement irréaliste de penser qu’on puisse les battre, même sur un match. » Le coach de Nanterre ne croit pas à l’exploit. Une méthode pour dédramatiser l’événement ? « C’est le côté "Guy Roux" de Pascal, estime Jacques Monclar. Les chances de son équipe sont très, très minimes parce que le CSKA, c’est l’armée rouge. C’est très, très fort. Mais Nanterre a tous les droits de leur sauter dessus et de faire son match. Ils sont invaincus en championnat, ils sont sur une bonne dynamique, ils ont tout à gagner dans cette rencontre. »

Cela, Donnadieu et consorts l’ont bien compris. Alors si les entraînements de la JSF ont été plutôt détendus, pas question pour autant de prendre ce match par-dessus la jambe. Le technicien a insisté sur le côté vitrine du club, demandant à ses joueurs de porter haut les couleurs de leur équipe et de profiter de l’événement pour le faire (encore plus) exister médiatiquement. « Je ne sais pas si on peut prétendre rivaliser avec le CSKA, avance Donnadieu. Il se peut qu’on soit vraiment dans le dur. Il ne faudra pas être spectateur, trop respectueux. Avec nos petites armes, on va essayer de les bousculer. » Des petites armes privées de l’international Ali Traoré, encore absent. Mais pas dépourvu… d’idées. « Gagner ? Sur un malentendu, pourquoi pas, avance Passave-Ducteil. On vit et on meurt avec son adresse, donc si c’est un soir où on met tout dedans et que le CSKA défend mal, on prendra. On sait que la logique serait qu’on perde mais on verra. » Avec attention.

A lire aussi

L'actu de l'Euroligue

Monclar : « Nanterre a tout à gagner en Euroligue »

Diot de retour sur terre

La rédaction