RMC Sport

J. Noah, les coulisses d’un forfait

Joakim Noah

Joakim Noah - -

Le pivot de l’équipe de France a officialisé ce mercredi son forfait pour les JO de Londres. Une annonce redoutée par le staff des Bleus. Face à la pression de Chicago et la négligence du joueur de 26 ans, l’issue semblait inéluctable.

Joakim Noah n’en est pas à son premier rendez-vous manqué avec les Bleus. Mais celui-là risque de faire plus de bruit qu’à l’accoutumée. Après un Euro tonitruant l’an passé, le pivot de 26 ans était très attendu pour les Jeux Olympiques de Londres. L’équipe de France comptait sur sa hargne et son talent pour stabiliser sa défense. Mais le grand « Jooks » ne traversera pas la Manche. Blessé à la cheville depuis le 5 mai dernier, le joueur de Chicago a officialisé son forfait ce mercredi. Une issue redoutée depuis plusieurs semaines par le staff des Bleus. « On se préparait à cette éventualité, admet Jean-Pierre De Vincenzi, le directeur technique national. On espérait tout de même qu’il ait suffisamment de temps pour récupérer. Personne n’est dupe, on sait très bien qu’il y a une très grosse pression de Chicago ».

Après une saison de NBA éreintante, les Bulls n’ont rien fait pour faciliter la présence de Noah aux JO. Au contraire. « On lui a proposé à plusieurs reprises de venir se soigner à l’INSEP et de s’occuper de lui à 100%, témoigne De Vincenzi. Mais les Bulls ont insisté pour qu’il reste à Chicago ». Une décision que regrette Vincent Collet, le sélectionneur des Bleus, persuadé que l’issue aurait pu être différente si le natif de New York avait été pris en charge dans l’Hexagone. « Je suis déçu qu’il ne soit pas venu travailler avec notre staff médical qui a montré sa compétence. On a essayé de le convaincre. S’il avait fait l’effort de revenir en France, on aurait tout mis en œuvre pour que sa réhabilitation se fasse ». Une déception partagée par Jean-Pierre Siutat, le président de la Fédération française de basket. « On aurait pu trouver des solutions pour qu’il puisse être apte pour les JO, assure-t-il. Mais c’est sa décision et il faut la respecter ». En réalité, Noah savait depuis plusieurs jours qu’il ne participerait pas à sa première olympiade.

Deux manquements aux contrôles antidopage

« Joakim m’avait appelé le 23 juin pour me signifier son forfait, révèle Patrick Beesley, le directeur sportif de l’équipe de France. J’ai refusé car il me semblait qu’il y avait encore du temps et qu’il fallait mettre en place une procédure avec notre staff. On avait contacté ses proches pour essayer de le convaincre de nous rejoindre. » En vain. L’ancien prodige de l’Université de Floride n’est jamais venu. Au grand dam de sa fédération. En coulisses, beaucoup dénoncent son attitude négligente voire laxiste, ces dernières semaines. « Il est forfait mais il continue d’aller en boite de nuit », s’agace un cadre de la FFBB. Après sa blessure, Noah a d’abord préféré prendre du bon temps, privilégiant les filles et la plage aux soins nécessaires à son rétablissement. Dans le même temps, l’Agence française de lutte antidopage a averti la FFB que son joueur avait déjà deux « no-shows » (manquements aux contrôles antidopage). Le 3e étant suspensif. Alerté par son père Yannick, Joakim est réapparu publiquement à son retour de vacances. Avec une cheville violette et toujours gonflée.

Les Bulls ont alors accentué la pression, rendant un forfait inéluctable. Pourtant, Noah est longtemps resté sans donner signe de vie. Malgré des coups de fil quotidiens, l’équipe de France était sans nouvelle de son pivot ces 10 derniers jours. « On est habitué avec lui », peste un proche de la fédération. S’il reconnait que le géant de Chicago (2m11) n’a peut-être pas tout fait pour être remis à temps, Jacques Monclar dénonce surtout le comportement des Bulls dans cette affaire. « Ils l’ont laissé partir en vacances blessé, fustige le consultant RMC Sport. Au bout d’un mois, ils lui ont demandé de ne pas aller se soigner en France. C’est se foutre de la gueule du monde. Il y avait le temps de le remette sur pied. » Désormais, il est temps de se tourner vers Londres. Le 29 juillet, les Bleus débuteront leur tournoi face au Team USA. Sans Noah. En espérant éviter d’autres mauvaises nouvelles d’ici là.

Alexandre Jaquin avec F.Gi., J.P.et J.Si.