RMC Sport

Betclic Elite: l’Asvel vient à bout de Monaco après un match fou et décroche un 21e titre de champion de France

Après avoir gâché un avantage de 17 points, l’ASVEL a cru manquer le lancer franc du titre dans les dernières secondes. Mais les joueurs de T.J. Parker ont quand même décroché le 21e titre de l’histoire de l’ASVEL en prolongations (84-82).

L’ASVEL est allée chercher un titre qui s’était presque envolé. A domicile, Lyon-Villeurbane a gâché un avantage de 17 points acquis en début de match, pour se retrouver finalement mené de 8 points dans le quatrième quart temps. Le titre semblait alors servi sur un plateau à Monaco, qui menait encore à 17 secondes de la fin.

Mais l’ASVEL, qui avait su aller remporter le match 4 à Monaco, a su aussi renverser cette rencontre au bout du bout (84-82). Elie Okobo avait été décisif en début de match, il a été accompagné par Lighty et Howard, notamment, dans le quatrième quart temps. Le premier a inscrit un trois points important qui a donné de l’espoir, alors que le second n’a jamais perdu son adresse.

Mike James, longtemps discret mais entré en piste au meilleur moment, avec deux tirs à trois points venus d’ailleurs et une faute obtenue sur un autre tir primé, avait pourtant donné les clés à Monaco. Mais la Roca Team, qui avait été balayée par l’ASVEL lors de sa précédente visite à Villeurbane, lors du match 3 (91-54), a craqué une première fois sur la toute dernière possession du temps réglementaire.

Okobo pense rater le lancer du titre, Howard fait la différence en prolongations

Après un lancer franc raté par Diallo, à sept secondes de la fin, l’ASVEL n’était qu’à deux points. Elie Okobo a filé au cercle, a rentré son lay-up et obtenu la faute de James. Il avait alors le lancer franc du titre au bout des mains, mais l’homme du match s’est peut-être un peu précipité et s’est manqué. Comme s’il était écrit que ce match 5 complètement fou devait aller en prolongations.

Les deux équipes, en difficulté physiquement, ont alors eu du mal à marquer, et l’avantage est passé d’un camp à l’autre. Un dernier trois points, un énorme contre puis une dernière interception de Howard, le tout dans les 30 dernières secondes, ont fini de faire basculer la rencontre pour l’ASVEL, face à des Monégasques qui ont vu le premier titre de leur histoire filer entre leurs doigts, après deux finales déjà perdues en 2018 et 2019. L’ASVEL, a l’expérience, décroche donc son 21e titre de champion de France, le troisième de suite après 2019 et 2021.

RW