RMC Sport

Pro A : Strasbourg sur un air de Marseillaise

Alexis Ajinça avec Strasbourg

Alexis Ajinça avec Strasbourg - -

Avec Vincent Collet, l’entraîneur, Alexis Ajinça et Antoine Diot, Strasbourg rassemble trois champions d’Europe. La plus forte colonie de Bleus en Pro A s’attend à une saison particulière, dès ce samedi face à Nanterre (20h).

Des chasseurs d’or qui deviennent des proies en or. Ils n’ont eu que quelques heures, quelques jours au mieux, pour changer de peau, quitter le bleu de leur maillot national pour ne garder que le blanc et le rouge. De l’équipe de France à Strasbourg. Du sommet de l’Europe des nations à la Pro A, en attendant l’Euroligue. Vincent Collet, l’entraîneur des Bleus et de la SIG, n’a même pas pris de vacances après le sacre continental. Il en a accordé un tout petit peu à Alexis Ajinça, son intérieur, et Antoine Diot, son meneur. Tous les trois replongent dans le « petit » bain ce samedi (20h), face à Nanterre (remake de la finale 2013, perdue par la SIG), après avoir nagé dans le bonheur du « grand ». « Si on perd, je ne serai pas l’entraîneur des champions d’Europe mais celui de Strasbourg qui aura perdu son premier match à domicile » craint déjà le coach alsacien. Dur retour à la réalité.

« Je ne vais pas dire que je suis dans la meilleure forme de ma vie… Je suis un peu fatigué, mais ce n’est pas le bagne, explique Vincent Collet. Il ne faut pas non plus exagérer. On va récupérer petit à petit. » Et se lancer à l’assaut d’un championnat de France qui fait de cette SIG à la touche dorée, l’un des principaux favoris pour le titre. « Les autres équipes vont vouloir nous casser la gueule ! Il va falloir faire attention », prévient Alexis Ajinça. Nulle part ailleurs en France, la Pro A ne proposera un tel rassemblement de champions d’Europe (Florent Pietrus à Nancy, Charles Kahudi au Mans). Alors « Strasbourg va être attendu dans toutes les salles », a parfaitement conscience Antoine Diot, blessé à une cheville en finale de l’Euro face à la Lituanie.

« Une équipe principalement articulée autour de joueurs français »

« Au-delà des trois champions d’Europe, on a une grosse équipe, poursuit l’ancien joueur du Mans (2007-2012), où Vincent Collet l’a fait débuter chez les pros. On sera peut-être l’équipe à battre. » Une étiquette qu’il faudra supporter et assumer. Comme cette « préférence nationale » qui a guidé le recrutement de la SIG. « On a une équipe principalement articulée autour de joueurs français, indique Vincent Collet en pensant aussi à Jérémy Leloup, Axel Toupane, Romain Duport et Paul Lacombe. Ce sont des Français a priori dominants en Pro A. Mais ces dernières années, les équipes qui ont gagné étaient articulées autour d’Américains. On a pris un petit virage par rapport à ça. On va essayer de montrer qu’on peut être tout en haut en France avec des joueurs français. C’est un vrai souhait. » Et un beau challenge : prolonger la domination « bleue ».

A lire aussi :

>> Diaw : « Surfer sur cette vague »

>> Les Bleus fêtés en champions

>> La folle nuit des Bleus

LP avec RM à Strasbourg