RMC Sport

Sciarra reste à Pau… pour l’instant

Laurent Sciarra en Euroligue, sous le maillot d'Orléans

Laurent Sciarra en Euroligue, sous le maillot d'Orléans - -

L’Elan Béarnais et Laurent Sciarra, qui négocient une rupture de contrat, n’ont pas officiellement annoncé leur séparation vendredi à l’issue du match contre Hyères-Toulon (82-70). Mais l’issue ne fait guère de doute.

L’homme a du caractère. Il l’a prouvé tout au long de sa carrière. A 37 ans, Laurent Sciarra n’allait pas se renier vendredi soir dans les coulisses du Palais des Sports de Pau. Sur le parquet, un peu plus tôt, l’ambiance était lourde. Des adieux semblaient avoir eu lieu, avec un public scandant son nom et l’accolade de tous ses coéquipiers à l’issue de la victoire contre Hyères-Toulon (82-70). Mais le vice-champion olympique (2000) a refusé d’annoncer sa retraite, largement évoquée cette semaine. Il a même répondu avec un certain agacement aux questions de la presse.

« Je suis salarié du club, a sèchement lancé l’ancien meneur du Paris-Basket, club avec lequel il a été champion de France en 1997. Je reste à l’Elan, pour l’instant. Ma volonté était de jouer ce soir (ndlr : vendredi). L’avenir… On verra ce qui se passera. Je suis salarié jusqu’au 30 juin à l’Elan Béarnais. » Meilleur joueur de Pro A en 2005, meilleur passeur à huit reprises, Laurent Sciarra n’a pas voulu commenter les négociations en cours entre son agent et Didier Gadou, le président palois.

Sciarra : « Je sais ce que je veux »

Un refus à mettre sur le compte de la confidentialité des discussions. Car l’Elan Béarnais n’est pas vraiment disposé à laisser partir le joueur, auteur de 8 points ce vendredi contre son premier club chez les pros, à quatre mois de la fin de son contrat. Même si un Espoir a signé un contrat pro cette semaine. Une simple précaution, de manière à respecter le règlement de la LNB en cas de départ de Laurent Sciarra.

Les deux parties devraient finir par trouver un terrain d’entente, après avoir réglé la question épineuse des indemnités. « Comme beaucoup de joueurs qui ont joué ici, tu ne sais pas ce qui va t’arriver… Moi, la différence, c’est que je sais ce que je veux, a assuré le Niçois. Ce n’est surtout pas à vous (ndlr : la presse) que je vais le dire. » Il n’était pas d’humeur pour faire des confidences. Malgré les signes annonciateurs.

Laurent Picat avec PL à Pau