RMC Sport

La bande à « TP » en prend déjà plein les yeux

Tony Parker

Tony Parker - -

A 4 jours de leur entrée en lice face aux Etats-Unis, les basketteurs français ont posé pied à Londres ce mercredi. Des étoiles plein les yeux, ils ont goûté sans modération à ce premier jour d’immersion dans l’univers olympique.

L’équipe de France olympique continue de débarquer à Londres. Après les tennismen, tireurs, gymnastes, nageurs et autres escrimeurs, c’est au tour des basketteurs de prendre leurs quartiers au village olympique. Partie sous des applaudissements nourris à la gare du Nord, la bande à Tony Parker a été accueillie ce mercredi par un surprenant soleil de plomb, rayonnant depuis plusieurs jours dans la capitale anglaise. A peine arrivés à la gare de Saint-Pancras, les protégés de Vincent Collet, tous vêtus du polo bleu de l’équipe de France, s’émerveillaient déjà devant les anneaux olympiques de la gare. « Ça va être une journée découverte pour nous, confie un Nicolas Batum aux anges dès son arrivée sur le sol londonien. Je pense qu’aujourd’hui et demain, on va en prendre plein les yeux ! »

Avec en tête de cortège, Yakhouba Diawara et Florent Pietrus, caméra à la main, les vice-champions d’Europe ont profité de leurs premiers pas olympiques dès la sortie de l’Eurostar. Absents de la grand-messe quadriennale depuis leur médaille d’argent en 2000, les basketteurs français ont pu apprécier la belle ambiance à leur arrivée : Marseillaise et photos avec la cinquantaine de supporters présents. Les Bleus ont vite compris qu’ils allaient vivre une quinzaine à part dans la capitale anglaise. 

Batum : « On est des vrais gamins »

Arrivés dans le même train que leurs homologues australiens, qu’ils ont affrontés lundi pour leur dernier match de préparation (défaite 69-67), les joueurs de l’équipe de France étaient impatients à l’idée de découvrir leur « résidence » d’été, à l’image de leur leader, Tony Parker. « J’ai hâte d’arriver au village, ça me fait plaisir d’arriver à Londres, se réjouit le meneur des Bleus, qui était encore mardi dans son camp à Villeurbanne. Je pense que les sensations vont arriver quand je serai au village olympique. On travaille dur pour ça. On en parlait tout à l’heure avec Flo (Pietrus), dix ans d’équipe de France pour en arriver là, c’était le but ultime ». 

L’ailier de Portland, Nicolas Batum, côtoie les tout meilleurs dans le championnat NBA. Et pourtant, le gaillard de 2,03m aborde cette quinzaine avec des étoiles plein les yeux. « On a beau jouer en NBA, rien ne remplace les JO ! C’est une compétition où tous les grands athlètes, où tous les sports sont réunis pendant 15 jours et faire partie de ces athlètes-là, c’est un grand honneur. On était très excités, on est des vrais gamins ». Une journée découverte pour les Bleus, qui ont à peine 5 jours pour prendre leur marque, avant d’affronter, dimanche à 15h30, la « Dream Team » des Etats-Unis…

Alexandre Mispelon avec F.G.