RMC Sport

Finales NBA : les Spurs se lâchent !

Danny Green, auteur de 27 points

Danny Green, auteur de 27 points - -

En infligeant une véritable correction au Miami Heat mardi soir (113-77), San Antonio reprend l’avantage (2-1) lors de ces finales NBA et se rapproche d’un cinquième titre de champion. Danny Green et Gary Neal ont été exceptionnels.

Pour tous les amateurs des Spurs et des statistiques, la nuit a été douce. Giflé à Miami lors du deuxième match, dimanche (103-84), San Antonio a pris une éclatante revanche en s’imposant encore plus largement (113-77) ce mardi soir pour la première rencontre de la série sur son parquet de l’AT&T Center. Une victoire qui rapproche la franchise du Texas de son cinquième titre NBA après 1999, 2003, 2005 et 2007. Car les Spurs ont désormais 92,3 % de chances de décrocher une nouvelle bague de champions ! Ce serait la quatrième pour Tony Parker, légèrement blessé aux ischio-jambiers lors de ce game 3 et qui passera des examens médicaux ce mercredi.

« Pop’ (Gregg Popovich, son entraîneur) ne voulait pas prendre de risques » explique le Français, qui a eu le temps d’inscrire 6 points et de délivrer 8 passes décisives en 27 minutes. Surveillé par la défense du Heat, il a laissé briller ses coéquipiers Danny Green (27 points à 7/9 à 3 points) et Gary Neal (24 points). « Je ne vais pas forcer, assure Tony Parker. Si la stratégie de Miami, c’est de m’arrêter, comme la nôtre est d’arrêter LeBron (James), il faut faire confiance à nos coéquipiers. Et moi, j’ai confiance en eux. Ils jouent bien. Ils sont en confiance. Ils ont sorti un gros match. On a toujours misé sur notre collectif. J’espère que ça va continuer. »

LeBron James muselé par les Spurs

Kawhi Leonard (14 points, 12 rebonds) a lui parfaitement défendu sur LeBron James, qui a dû se contenter de 15 points (7/21 aux tirs) et 11 rebonds. Green, Neal et Leonard, un trio de feu qui a assommé le champion en titre en deuxième mi-temps, lui infligeant un cinglant 63-33 ! Et des artilleurs longue distance qui ont établi un nouveau record en finales NBA avec 16 tirs à 3 points réussis (7/9 pour Green, 6/10 pour Neal, 2/3 pour Leonard et 1/1 pour Parker). « Je n'avais jamais pensé que je serai le leader offensif pendant la finale NBA, reconnaît le héros du soir, Danny Green. J'ai pris les shoots et c'est rentré. Mes coéquipiers me mettent dans les meilleures conditions. » Ephémère coéquipier de LeBron James aux Cavs, il lui a volé la vedette ce mardi soir. Et le « King » ne cache pas qu’il est à la peine face aux Spurs, qui l’ont déjà privé d’un titre en 2007.

« Franchement, je dois juste jouer mieux, a expliqué la star du Heat. Je ne peux pas faire ce genre de match et espérer gagner. Je dois mieux shooter, je dois mieux prendre les bonnes décisions. Je ne blâme personne, si ce n'est moi. Je dois faire plus. C'est simple ! Et des deux côtés du terrain. Nous devons nous adapter au jeu proposé par les Spurs. Nous devons faire encore plus d'efforts et travailler davantage. Mes coéquipiers font un très bon travail. C'est à moi de faire mieux pour rendre cette équipe meilleure. » Et le temps presse. Les Spurs, qui recevront encore jeudi et dimanche, sont à deux victoires du titre. Depuis 1985, 12 équipes sur 13 ont été championnes après avoir basculé en tête à 1-1. Mais le Heat a un bon exemple de retournement de situation. En 2011, il avait mené 2-1 face à Dallas avant de s’incliner 4-2…

A lire aussi :

- Jacques Monclar : « Les Spurs, un truc de fou ! »

- Finales NBA : un record pour les Spurs

- Tony Parker : « J’espère que ce n’est rien de grave »


Heat vs. Spurs: Game 3 par NBA