RMC Sport

L'éclatante revanche de Kawhi Leonard, MVP des Finales NBA

Après une saison quasiment blanche l'an passé du côté de San Antonio, émaillée par de nombreuses polémiques sur son état de santé, Kawhi Leonard a vécu une renaissance avec Toronto. Il devient le troisième joueur à être élu MVP des Finales NBA avec deux franchises différentes.

Neuf petits matchs et puis c'est tout. Qu'il parait loin ce bilan de la saison dernière de Kawhi Leonard avec les Spurs de San Antonio. Une blessure à la cuisse qui a suscitée l'incompréhension au Texas et causée le divorce entre le basketteur et Gregg Popovich. Le 18 juillet 2018, les Spurs l'envoient aux Raptors pour un échange avec Danny Green contre DeMar DeRozan, Jakob Pöltl et un premier tour de draft 2019. Un fin en eau de boudin pour l'ailier, qui avait remporté le titre NBA avec San Antonio en 2014 contre le Heat de Miami, en étant sacré MVP des finales à 22 ans.

D'une saison blanche au titre de MVP

Débarrassé de ses pépins physiques, Kawhi Leonard revit au Canada, même s'il aurait préféré rejoindre les Lakers de Los Angeles. Il termine la saison avec 26,6 points de moyenne en 60 matches joués avec les Raptors, menant son équipe à la deuxième place de la Conférence Est. 

Durant les playoffs, il entre dans la légende avec le tir de la victoire au buzzer face aux Sixers de Philadelphie lors d'un match 7 mémorable. Kawhi Leonard continue de porter les Raptors sur ses épaules par la suite. En finale, contre les Warriors de Golden State, ses statistiques donnent le tournis: 28.5 points, 9.8 rebonds, 4.2 passes, 2.0 interceptions et 1.2 contre de moyenne. Il termine meilleur marqueur, rebondeur et intercepteur de son équipe.

En toute logique, Kawhi Leonard a été élu MVP des finales. Il devient le troisième joueur à remporter cette distinction deux fois avec deux franchises différentes. Ses prédécesseurs sont Kareem Abdul-Jabbar (en 1971 avec Milwaukee et en 1985 avec les Lakers) et LeBron James (en 2012, 2013 avec Miami et 2016 avec Cleveland). Excusez du peu.

Pas forcément le plus charismatique, souvent énigmatique, parfois comparé à un robot tant il est placide, Kawhi Leonard force le respect sur le terrain en inscrivant son nom dans le panthéon du basket. Celui qui a été drafté en quinzième choix en 2011 devrait encore alimenter les rumeurs cet été puisqu'il dispose d'une option dans son contrat pour quitter Toronto libre dès le mois de juin.

Mehdi Elouar