RMC Sport

Money, money, money…

David Stern

David Stern - -

En refusant d’accepter, lundi, la proposition des propriétaires de franchises, le syndicat des joueurs NBA a plongé la saison 2011-2012 dans l’inconnu. Sera-t-elle annulée ? La menace plane.

Quelques salles, quand elles ne profitent pas à d’autres, vont commencer à prendre la poussière. Après 136 jours de lock-out, la NBA est entrée dans une phase encore plus critique, lundi. Derek Fisher et Billy Hunter, après consultation des représentants des 30 équipes NBA, ont annoncé leur refus de se plier à l’offre, doublée d’un ultimatum, formulée par les propriétaires. David Stern, le « commissioner » de la NBA, le « big boss », tombait alors de sa chaise. Et répondait sur un ton dramatique, en direct sur ESPN : « On va entrer dans un hiver nucléaire ».

Un hiver sans match. En refusant le partage des revenus à 50-50, ce sont 267 millions de dollars (environ 200 millions d’euros) dont les joueurs n’ont pas voulu se séparer au profit de leurs patrons. Le prix du risque. Car pour la grande majorité des joueurs, les prochaines semaines seront de moins en moins des vacances forcées, de plus en plus des moments d’inquiétude. Certains, comme Glen Davis (Boston Celtics) ou Deron Williams (New Jersey Nets), exilé au Besiktas Istanbul (Turquie), n’ont d’ailleurs pas caché leur mécontentement face à l’attitude du syndicat.

Et regretté que la dissolution du syndicat, afin d’attaquer en justice la NBA et les propriétaires au nom de la loi anti-trust, intervienne si tard. Selon Forbes, l’annulation des deux premières semaines de la saison (1er au 14 novembre) a déjà coûté 170 M$ (125,5 M€) de salaires aux joueurs. Mais pour leurs patrons, le lock-out a aussi ses bons côtés. Cinq franchises (Indiana Pacers, Charlotte Bobcats, Denver Nuggets, Orlando Magic, New Jersey Nets) perdent moins d’argent à ne pas jouer qu’à le faire sous le précédent accord ! Sur l’exercice 2009-2010, 17 franchises avaient leurs comptes dans le rouge. Le temps de l’eldorado américain parait bien lointain…