RMC Sport

NBA: Batum se défend d'être "cramé" après avoir signé avec les Clippers

Nicolas Batum

Nicolas Batum - AFP

Nicolas Batum écarte les critiques sur son état de forme après sa signature avec les Los Angeles Clippers, à la sortie de 18 mois compliqués avec Charlotte.

A 31 ans, Nicolas Batum a rejoint sa troisième franchise NBA en s'engageant avec les Los Angeles Clippers la semaine dernière. Un rebond impressionnant chez l'un des favoris pour le titre, quelques jours après avoir été libéré par les Charlotte Hornets qui règleront les 27 millions de dollars de son contrat. Une situation très enviable qui a valu des critiques à l'international français, après 18 mois compliqués chez les Hornets. Dans une interview au Parisien, il met les choses au point. 

"Ma cote était très très élevée"

"On a pu croire, surtout en France, que j'étais fini, confie-t-il. Mais quand l'info de la fin de mon aventure aux Hornets est tombée, je me suis rendu compte que ma cote était encore très très élevée. On a décidé de parler avec six équipes, alors que la liste était bien plus longue."

Il cite les intérêts des Milwaukee Bucks, des Golden State Warriors et des Clippers et les prises de contacts venant de stars de la ligue comme Kawhi Leonard, Paul George et Kemba Walker. Il a finalement choisi la franchise californienne en raison de la présence du coach, Tyronn Lue, qu'il a côtoyé à Portland, mais aussi du rôle de "glue guy", permettant "d'enlever la pression des épaules de Kawhi Leonard sur une quinzaine de minutes". "Je vais faire ce que je sais faire", clame-t-il. "Pourquoi, après avoir passé deux dernières années difficiles, toute la NBA m'a appelé, dix minutes après m'être fait virer des Hornets?, questionne-t-il Pourquoi? Il doit y avoir une raison!"

"Bien sûr que je sais encore jouer!"

Il se défend face aux critiques accompagnant son contrat très élevé chez les Hornets. "En 2016, j'ai peut-être été trop payé par rapport à ce que je suis, mais je n'y suis pour rien! Quand on m'a proposé ce contrat, ce n'est pas vraiment le prix que j'avais en tête. Après, il y a eu des changements de stratégie… (...) En quinze ans de carrière, il n'y a que 18 mois où ça s'est mal passé… Il faut avoir le recul nécessaire au moment de juger ma carrière. Bien sûr que je sais encore jouer! Je ne suis pas cramé comme j'ai pu l'entendre."

NC