RMC Sport

NBA: Trump ne veut toujours pas des Warriors à la Maison Blanche

Donald Trump

Donald Trump - AFP

Avant même de connaître l’issue des Finales NBA, remportées par les Warriors face aux Cavs, Donald Trump a décidé vendredi de ne recevoir aucune de ces équipes à la Maison Blanche, comme le veut pourtant la tradition.

Les Eagles vont se sentir moins seuls. Quelques jours après retiré l’invitation du champion NFL à la Maison Blanche, Donald Trump a annoncé ce vendredi, avant même de connaître l’issue des Finales NBA, remportées par Golden State contre Cleveland, qu’il n’inviterait pas le vainqueur.

Le président américain répondait aux commentaires des joueurs stars des deux équipes, LeBron James pour Cleveland et Stephen Curry pour les Warriors, qui ont tout deux affirmé ne pas vouloir être reçus sur Pennsylvania Avenue en cas de sacre.

"Je n'ai pas invité LeBron James et je n'ai pas invité Steph Curry", s'est défendu le 45e président des Etats-Unis. "Nous n'allons inviter aucune des deux équipes."

LeBron James: "Personne ne veut de l’invitation"

Les basketteurs ne seront probablement pas surpris par cette réponse, M. Trump étant en grand froid avec les principaux acteurs des sports-rois aux Etats-Unis, basket-ball en tête. L'année dernière, il avait ainsi annulé une invitation faite aux champions NBA, déjà les Warriors de Steph Curry, après que ce-dernier a émis des réserves sur cette réception, en pleine controverse sur l'hymne national.

Cette semaine, Donald Trump a encore annulé la visite lundi à la résidence présidentielle des vainqueurs du Super Bowl, les Philadelphia Eagles, lorsqu'il a appris que seule une dizaine de joueurs entendait y participer.

"Je sais que peu importe celui qui gagne, personne ne veut de l'invitation de toute façon", avait alors lancé mardi LeBron James.

Face à la défiance des plus grands sportifs américains, le président Trump a défini une ligne pragmatique: "S'ils veulent être là, et c'est le meilleur endroit sur terre, je suis là. S'ils ne veulent pas être là, je ne veux pas d'eux".

VIDEO. Le kikadi de vendredi

JBi avec AFP