RMC Sport

Parker : « Je savais qu’on allait monter en puissance »

-

- - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Avec trois victoires en trois matches cette semaine, dont un succès de prestige face à Miami, les San Antonio Spurs ont retrouvé la tête de la conférence ouest et affichent le meilleur bilan de la ligue. De quoi ravir Tony Parker.

Carton plein pour les Spurs. Avec trois victoires, dont une de prestige face au Miami Heat (111-87), champion en titre, et des succès à Cleveland (122-101) et contre Orlando (121-112), les San Antonio Spurs ont réalisé un sans-faute cette semaine et profité de quelques revers de leurs rivaux pour reprendre la tête de la conférence Ouest et même afficher le meilleur bilan de toute la NBA. « Le gros match de la semaine, celui que tout le monde attendait, était contre Miami à domicile, rappelle Tony Parler. Nous n’avions pas beaucoup battu de grosses équipes depuis le début de saison donc c’était un bon test car nous sommes en fin au complet. On a fait un gros match défensif et on retrouve du rythme en attaque. C’était une bonne victoire d’équipe où tout le monde a participé. »

Comme souvent, les Texans montent en puissance après la coupure du All-Star Game. Et cela n’étonne pas Tony Parker. « Je ne suis pas surpris par nous, estime le membre de la Dream Team RMC Sport. Je savais qu’on allait monter en puissance. Je suis plus surpris que Oklahoma City ait perdu trois ou quatre matches d’affilée, comme Miami ou Indiana. C’est ça que je trouve bizarre. Nous, on n’a joué que 17 ou 18 matches au complet. On n’a presque jamais eu notre équipe entière de toute la saison et je savais qu’on pouvait faire mieux si on récupérait tout le monde. »

« Rejouer Miami en finale serait un truc de malade »

« On se retrouve à la première place, enchaîne le meneur tricolore. C’est quand même marrant car on était assez loin il y a deux semaines… Je ne sais pas ce qui se passe là. Oklahoma City est une très, très bonne équipe mais il faut qu’ils retrouvent l’habitude de jouer avec Russell Westbrook (de retour d’une longue blessure, ndlr). On sait aussi que les Los Angeles Clippers seront là, comme Golden State ou Memphis. Houston va être très dangereux aussi. Quoi qu’il arrive, les playoffs seront durs. Il faudra voir qui est en bonne santé, qui jouera le meilleur basket à ce moment-là. C’est ça notre objectif, jouer le mieux possible quand les playoffs vont commencer. »

A voir les Spurs de plus en plus efficaces, beaucoup se prennent à rêver d’un éventuel remake de la finale à suspense perdue l’an dernier contre Miami. « C’est ce que tout le monde aimerait, indique TP. Après, Oklahoma City, Houston ou les Clippers auront leur mot à dire. On aimerait bien prendre notre revanche mais la route est encore longue, il reste beaucoup de choses à faire avant. Mais les rejouer en finale serait génial, un truc de malade. » Pour y arriver, San Antonio pourra compter sur un Parker en grande forme après une coupure de deux semaines initiée par son coach Gregg Popovich. « Je me sens bien physiquement, précise le Français. Je suis content d’en être là. Les deux semaines de coupure m’ont clairement fait du bien et je n’ai pas trop mal retrouvé le rythme. Des fois, ça brûle un peu la poitrine mais ça va. J’espère que ça va continuer de monter en puissance et que je serai plus qu’à 100% en playoffs. » Avec un Boris Diaw au diapason à ses côtés. « Boris joue bien en ce moment, confirme Parker. Il est en en rythme. Contre des équipes comme Miami, où ils aiment faire des prises à deux pour me faire lâcher la balle, il devient alors crucial, c’est notre deuxième meneur, celui qui crée. »

A lire aussi :

>> Parker, back in business

>> NBA : rien n'arrête Houston

>> En image : un basketteur américain veut s'acheter le trône de fer pour son salon

TP Show