RMC Sport

Parker : « La bataille va être terrible »

Le meneur de jeu des Spurs s'attend cette saison à une lutte terrible pour l'obtention du titre en NBA

Le meneur de jeu des Spurs s'attend cette saison à une lutte terrible pour l'obtention du titre en NBA - -

Laissé au repos face à Houston pour le premier match de pré-saison, Tony Parker livre son sentiment sur le nouveau visage des Spurs et sur les chances de son équipe dans la course au titre.

Tony Parker, quels enseignements tirez-vous de ce premier match face à Houston (défaite 99-85) ?
Le match d’hier était surtout important pour Gregg Popovich. Nous sommes aujourd’hui dix huit dans l’équipe. Il y a donc trois joueurs qui nous quitteront avant le début de la saison régulière. Pop a effectué une revue d’effectif face à Houston. Ce match lui a servi d’évaluation.

D’ailleurs, Hairston a été pas mal du tout à l’aile (10 points et 5 rebonds).

Votre rookie Dejuan Blair a frappé un grand coup avec 16 points et 19 rebonds…
Il a été très fort. Je pense qu’il va énormément nous aider durant la saison. C’est une boule d’énergie, un monstre, un animal. Il me fait d’ailleurs penser à Paul Millsap (Utah). Il joue dur, il va à tous les rebonds. Ce n’était qu’un match de pré-saison mais on a tout de suite vu ses qualités.

Vous jouez vendredi contre l’Olympiakos. Doit-on s’attendre à une nouvelle revue d’effectif ?
Oui, normalement, Pop continuera à faire jouer les nouveaux. Après, petit à petit, il lancera les joueurs majeurs. On peut imaginer que ça commencera dimanche à Miami. Je pense faire ma rentrée à ce moment là.

Comment se passe l’intégration de Richard Jefferson et Antonio McDyess ?
Ça se passe super bien. Quand je regarde l’équipe aujourd’hui, je me dis que nous avons franchi un nouveau palier. Notre effectif s’est vachement étoffé. Richardson est un gros talent offensif, McDyess est un bon défenseur et un excellent shooteur. On a une vraie chance de gagner le titre NBA. Mais d’un autre côté, les Lakers et les Celtics se sont également renforcés. La bataille va être terrible l’année prochaine.

Avec tous les systèmes à apprendre, ce n’est pas trop difficile pour eux ?
Non, pas du tout. Pop a été vachement simple sur les systèmes. Nous en avons un peu moins que les saisons passées. Moi le premier, nous sommes aujourd’hui un peu plus libres. La balle est entre mes mains et je dois créer du jeu. Il souhaite que je prenne plus de responsabilités au niveau du leadership et de l’attaque. Je vais tout faire pour relever le challenge.

Après une campagne européenne épuisante, comment vous sentez-vous ?
Je récupère bien. Franchement, Pop a assuré en me laissant souffler la première semaine. Il sait que la saison va être longue et qu’il est important que je recharge les batteries. J’ai encore une semaine avec un programme allégé et après, je rentre dans le vif du sujet.

La rédaction