RMC Sport

Parker : « On n’y arrive pas »

TP a beau se démener, les Spurs ne gagnent pas

TP a beau se démener, les Spurs ne gagnent pas - -

San Antonio est en chute libre. Premiers il y a encore dix jours, les Spurs de Tony Parker ont dégringolé à la sixième place. Et les play-offs approchent.

Tony, les temps sont durs pour San Antonio…
On n’est vraiment pas bien en ce moment. Six défaites lors des sept dernières rencontres… On vit une période assez difficile, ce n’est pas habituel chez nous. Le plus embêtant, c’est qu’on se rapproche des play-offs. On aimerait jouer notre meilleur basket mais pour l’instant, on n’y arrive pas. On est en bas. Il faut réagir et trouver des solutions assez rapidement parce qu’avant de penser au titre, il faut se qualifier pour les play-offs.

Vous êtes premiers de la Conférence Ouest il y a dix jours, vous occupez aujourd’hui la 6e place.
Ca va très vite. C’est vraiment dommage parce qu’on avait une belle avance il y a dix jours. Le problème, c’est qu’on perd tous nos matchs à l’extérieur et qu’on s’incline maintenant à la maison. On a tout perdu.

Comment cette mauvaise passe est-elle vécue à l’intérieur du groupe ?
On est un peu frustré. Mais ça ne peut pas continuer comme ça, il faut s’en sortir. De son côté, Gregg Popovich essaie de rester positif. Il nous dit que c’est une mauvaise période mais qu’on va s’en sortir si l’envie est présente.

Ce qui est surprenant, c’est que vous dominez mais vous n’arrivez pas à finir le travail.
Effectivement, ça a été encore le cas face à Boston (défaite 93-91). On a compté jusqu’à 22 points d’avance en première mi-temps ! Le pire, c’est qu’on a encore 9 points d’avance dans le dernier quart-temps. Mais encore une fois, on a très mal géré les dernières minutes.

Personnellement, il est difficile de vous reprocher quelque chose, vous tournez à plein régime.
Oui, je me sens bien. J’ai l’impression d’être de retour, que mon corps peut enchaîner les matchs et les bonnes performances. Mais mon cas personnel ne m’intéresse pas. Ce que je veux, c’est que toute l’équipe arrive à bien jouer en même temps. Il faut donc retrouver la petite étincelle qui nous manque depuis plusieurs matchs.

La rédaction