RMC Sport

Parker : « Pas contre aller ailleurs… »

-

- - -

EXCLU RMC SPORT. En fin de contrat « garanti » en juillet prochain, Tony Parker ne ferme pas la porte à un éventuel départ des San Antonio Spurs si « les éléments ne sont pas en place » dans la franchise texane.

Tony Parker, que peut-on vous souhaiter pour 2014 ?

Une bonne naissance pour mon bébé, déjà. Sur le plan sportif, ce sera difficile de faire mieux. Mais sur le plan personnel, il y a un bel événement qui arrive.

La NBA ne s'arrête pas pendant les fêtes de fin d'année. Avez-vous tout de même pu profiter de ces moments avec vos proches ?

Bien sûr. J’adore Noël. Il y a toute la famille qui est là, on passe du bon temps ensemble. Après, le programme avec les Spurs était très chargé. J’ai joué le 23 décembre, le 25, le 26, le 29, le 31, le 2 janvier... On n’a pas trop le temps de faire la fête ou de profiter pour boire du vin. Il faut rester concentré et ne pas trop abuser. Je n’ai même pas pris un morceau de foie gras. Mais au moins, on est en famille. Et eux en ont bien profité (rires).

Comment jugez-vous le parcours des Spurs pendant la quinzaine des fêtes (cinq victoires pour deux défaites) ?

Globalement, le bilan reste positif. C’est très difficile de gagner des matches en NBA et de rester régulier. On a perdu deux matches, un contre Houston (98-111, ndlr) où on n’a pas très bien joué et un contre New York (101-105, ndlr) qui a fait un très gros match. C’est comme ça. Après, on a aussi obtenu de bonnes victoires à Dallas, contre Toronto et Sacramento et surtout contre les Clippers (116-92, ndlr). On reste en haut du classement, on est deuxième à l’Ouest, à un match de la première place et il faut qu’on continue.

Cette victoire contre les Clippers vous donne enfin un succès contre une grosse équipe cette saison...

Il manquait quand même Chris Paul de l’autre côté. On a fait le job et on a gagné mais il ne faut pas se prendre la tête avec ça. Il faut continuer de progresser sur tous les secteurs de jeu, surtout en défense, et battre les grosses équipes va arriver. Ce n’est pas un problème.

Entre les anciens toujours là et les jeunes qui poussent, comment voyez-vous les choses en vue d'une sélection au All-Star Game (16 février) ?

La concurrence est très rude. Il y a beaucoup de très bons meneurs cette saison, surtout à l’Ouest. Damian Lillard (Portland, ndlr) et Stephen Curry (Golden State, ndlr) méritent tous les deux, ils font une très bonne saison. Mais je crois en mes chances, moi aussi je fais une bonne saison. On verra bien, ce sont les fans et les coaches qui décideront. Je ne me prends pas la tête avec ça pendant la saison. Ça vient ou ça ne vient pas, je ne peux pas le contrôler. Tout ce que je peux faire, c’est continuer à bien jouer avec mon équipe et continuer à gagner les matches car c’est le plus important.

Beaucoup de stars (Kobe Bryant, Russell Westbrook, Derrick Rose, Chris Paul) se blessent cette saison, mais pas vous...

Je touche du bois. Les blessures, ça dépend de beaucoup de choses. J’ai eu beaucoup de chance dans ma carrière, je n’ai pas eu de grosse blessure et j’espère que ça va continuer.

Pouvez-vous nous en dire plus sur votre avenir à San Antonio ?

Je suis en fin de contrat en juillet (son contrat court jusqu'à l'été 2015 mais sa dernière année n'est pas garantie à 100% même si les Spurs peuvent décider de le faire avant le 30 juin, ndlr). J’aimerais bien continuer avec les Spurs et terminer là-bas mais on va voir comment ça va se passer. Je ne suis pas contre aller ailleurs s’il n’y a pas les éléments en place à San Antonio, s’il n’y a plus Pop (Gregg Popovich, son entraîneur depuis ses débuts aux Spurs, ndlr), s’il n’y a plus Manu (Ginobili, 36 ans, ndlr), s’il n’y a plus Tim (Duncan, 37 ans, ndlr). Je ne suis pas pressé, on verra bien. Je vais me concentrer pour bien terminer cette saison et on discutera de tout ça cet été. Mais ma première option, c’est de rester à San Antonio.

Des négociations sont-elles déjà en cours avec les Spurs ?

Non, pour l’instant on ne discute pas encore.

A lire aussi :

>> Les Spurs sans pitié pour les Clippers

>> NBA : Réveillon réussi pour Parker

>> Parker : "Si je peux aider mon pays à avoir les JO..."

Tony Parker Show