RMC Sport

Parker rejouera-t-il avec les Spurs ?

Tony Parker et Tim Duncan

Tony Parker et Tim Duncan - -

Eliminé au premier des play-offs NBA, avec les Spurs, Tony Parker est en vacances anticipées. A la reprise, après un lock-out presque certain et une campagne européenne avec les Bleus, le Français pourrait avoir quitté San Antonio.

Le trio a écrit quelques-unes des plus belles pages des Spurs, avec trois titres NBA en 2003, 2005 et 2007. Mais le poids des ans l’a rattrapé. A Memphis, vendredi, Tony Parker, Tim Duncan et Manu Ginobili avaient le visage grave. Assis côte à côte sur le banc à plusieurs reprises, ils partageaient la même déception. Elle était immense, à la hauteur du choc représenté par l’élimination au premier tour des play-offs. Leader de la saison régulière à l’Ouest et deuxième derrière les Bulls au niveau national, San Antonio a été sorti par les Grizzlies en six matchs (4-2).

Cet été, après un lock-out quasiment inévitable, l’avenir de la franchise sera au cœur des débats au Texas. Avec 19,7 points et 5,2 passes de moyenne sur ces six matchs, Tony Parker n’a pas autant souffert que Tim Duncan (35 ans). « Il est celui qui a été le plus proche de son niveau de la saison régulière (ndlr : 17,5 points et 6,6 passes) » explique Jacques Monclar. Mais à bientôt 29 ans et avec un contrat à 50 millions de dollars jusqu’en 2015, c’est bien le Français qui pourrait être prié de faire ses valises.

« Il y aura probablement des changements, reconnait l’ancien international. Quand on voit qu’un garçon comme Dwight Howard (ndlr : lui aussi éliminé au premier tour avec Orlando) se met quasiment sur le marché… Il faut penser à la succession de Tim Duncan. Est-ce que Tony pourrait être échangé ? On verra. La NBA, c’est un business. Mais le seul qui représente une vraie valeur marchande, c’est Tony. » A moins d’un imbroglio au niveau des assurances, le meneur français essaiera cet été de qualifier les Bleus pour les Jeux Olympiques, lors de l’Euro en Lituanie (31 août au 15 septembre). Avant de retrouver la NBA et peut-être, de déménager.

Le titre de l'encadré ici

Monclar : « Limoges, un joli gâchis »|||

Un an après avoir décroché son billet de retour pour la Pro A, Limoges s’apprêter à faire le chemin inverse. Le CSP, neuf fois champion de France et champion d’Europe en 1993, est officiellement relégué depuis sa défaite vendredi à Villeurbanne (79-75). « C’est un joli gâchis, déplore Jacques Monclar. Quand vous êtes capable d’aller en finale de la Coupe de France (ndlr : 15 mai, contre Chalon-sur-Saône), c’est que vous avez une équipe correcte. Quand vous n’avez que huit victoires à deux journées de la fin et que vous descendez, c’est que vous avez fait n’importe quoi. Il y a eu des mauvais choix du début à la fin. Ils ont joué toute la saison sur leur pivot, Chris Massie. Dès qu’il n’a plus été là, on a pu constater qu’ils jouaient bien mieux au basket. Il n’y a que des regrets. Ils vont revenir. C’est une ville folle d’amour pour son équipe. C’est triste. J’ai été joueur et entraîneur du CSP. Ça me fait un peu mal. Mais c’est la loi du sport. On a toujours ce qu’on mérite. »

LP