RMC Sport

Parker : « Un peu dur à encaisser »

Tony Parker

Tony Parker - -

Tony Parker accuse le coup après la défaite des Spurs concédée à domicile face à Golden State (100-91), mercredi. Le meneur français regrette le manque de réussite aux tirs mais ne perd pas espoir.

Tony, cette fois, le miracle n’a pas eu lieu…

Golden State a réalisé un autre grand match. C’est impressionnant, ils shootent avec une grosse adresse. Après le Game 1 et le festival Stephen Curry (44 points), tu te dis qu’il ne pourra pas refaire ça. Résultat, c’est Klay Thompson qui prend feu en te mettant 34 points à 8/9 à 3 points. C’est un peu dur à encaisser. Tu joues à domicile, tu espères réaliser un bon match et au bout du compte, tu shootes à 39% de réussite. Dans ces conditions, il est très difficile de s’imposer.

Comment expliquez-vous ce manque de réussite en attaque ?

C’est est assez difficile à expliquer. Nous avons de bonnes positions de tirs mais la réussite nous fuit. J’ai loupé par exemple pas mal de tear drop. Même chose à 3 points pour Neal, Leonard et Ginobili. Ça ne se joue à rien. Cette série est très physique, il y a beaucoup d’intensité. Golden State réalise du très bon boulot en défense sur moi en me mettant Thompson et Barnes sur le dos pour me fatiguer. Leur stratégie est de me fatiguer et pour le moment, ça marche.

Le doute commence-t-il à s’installer ?

Il y a eu un miracle lors du premier match et nous perdons le deuxième. Ce n’est pas pour ça qu’on se pose des questions sur notre niveau. Il faut donner du crédit à cette équipe de Golden State qui a réalisé deux bons matchs. Tout le monde le sait. Si tu veux aller loin en play-offs et gagner le titre, il faut gagner au moins un match à l’extérieur. On sait donc ce qu’il nous reste à faire dès vendredi à Golden State dans l’une des salles les plus chaudes de la NBA. Ça va être très dur, les Warriors vont jouer avec beaucoup de confiance. Mais nous n’avons pas le choix, nous sommes dans l’obligation de gagner un match là-bas.

A lire aussi :

>> Sale soirée pour Noah et Parker

>> Les Knicks et les Grizzlies recollent

>> Karl (Denver) nommé entraîneur de l’année