RMC Sport

Parker : "Westbrook est comme Kobe ou Jordan"

-

- - -

Dans le TP Show sur RMC, Tony Parker a salué les performances de Russell Westbrook, le meneur d’Oklahoma City, irrésistible ces dernières semaines en NBA. Le Français en a également profité pour évoquer son état de forme et la belle série de San Antonio.

Depuis son titre de MVP lors du dernier All Star Game, Russell Westbrook plane sur la NBA. Le meneur d’Oklahoma City enchaine les triple double et les sorties de haute volée. De quoi s’attirer les louanges de Tony Parker. « Westbrook est très impressionnant en ce moment, a confié le Français dans le TP Show sur RMC. Ce n’est pas facile d’enchaîner les matchs comme ça et de porter une équipe. Tu ne peux pas l’arrêter tout seul. Il faut que toute l’équipe s’y mette pour l’arrêter. Il va tellement vite, tellement haut.

Défensivement, c’est comme Kobe ou Jordan. C’est un joueur que tu ne peux pas arrêter tout seul. Après, quand Durant va revenir, il va y avoir un temps d’adaptation. Mais c’est mieux pour Oklahoma City d’avoir Kevin Durant. S’ils terminent septièmes ou huitièmes de la Conférence Ouest, ça va donner un premier tour de playoffs de folie pour Golden State ou Memphis. »

« Je retrouve des sensations »

Tony Parker a également évoqué la bonne période de San Antonio, qui reste sur cinq victoires consécutives. « On se concentre pour remonter au classement (les Spurs sont septièmes de la Conférence Ouest, ndlr). On a passé une période difficile. Là, on reprend un peu du poil de la bête. On retrouve la forme et j’espère que ça va continuer. Pour l’instant, on a juste gagné quelques matches. On joue dans une conférence qui est extrêmement difficile. Personne ne s’enflamme dans notre équipe. On est tous vraiment concentrés parce qu’on sait qu’on a encore beaucoup de travail à faire. Il faut qu’on continue. Il y a encore un mois. Tout est possible. C’est tellement serré à l’Ouest…

Personnellement, j’essaie de ne pas m’enflammer. Ce n’est que trois-quatre matches. J’ai vraiment lutté avec cette blessure de l’ischio, je n’ai jamais eu ça dans ma carrière. J’ai galéré pendant deux mois. Là, j’ai l’impression que je retrouve des sensations. Je retrouve ma vitesse, je peux accélérer et répéter les efforts plus rapidement. »