RMC Sport

Tony Parker : « Aucune inquiétude »

-

- - -

Trois défaites en autant de matchs. Les Spurs de Tony Parker connaissent un début de saison délicat, ce qui ne semble pas inquiéter le meneur de jeu de San Antonio.

Tony, les Spurs viennent de concéder une troisième défaite face à Dallas (98–81). Le début de saison est laborieux…
C’est clair qu’on était en droit d’espérer mieux. Pour l’ouverture de la saison contre Phoenix, ça a été chaud tout au long de la rencontre (défaite 103–98). Malheureusement, ce n’est pas allé dans notre sens à la fin du match. Deux jours plus tard, nous avons la balle de match contre Portland, mais nous loupons un tir à 3 mètres. Et ce soir (cette nuit en France), nous sommes tombés sur une équipe de Dallas très forte. Ils avaient très mal joué contre Cleveland en encaissant une lourde défaite à la maison. On a senti qu’ils avaient soif de revanche. En shootant à 40% de réussite, on ne pouvait pas espérer la victoire.

Faut-il s’inquiéter pour les Spurs ?
(Rires) Attendez, il reste encore 79 matchs à disputer ! Non, vraiment, il n’y a aucune inquiétude à avoir pour le moment. Ça me rappelle un peu notre début de saison en 2004. Nous étions à neuf victoires pour dix défaites en mon absence et celle de Tim Duncan. Mais il n’y a pas de problème, on va relever la tête.

L’absence de Manu Ginobili est-elle préjudiciable ?
Non, ça ne change rien. Sans lui, on aurait dû gagner contre Phoenix et Portland. Il est certain que c’est un plus de l’avoir à nos côtés, mais il ne faut pas non plus exagérer. Nous sommes capables de gagner des matchs sans lui.

La soirée était également marquée par les élections américaines et la victoire de Barack Obama. Quel est votre sentiment ?
C’est une soirée historique. J’ai voté pour Obama et je suis très heureux de savoir qu’il sera le président des Etats-Unis pour les quatre prochaines années. J’espère qu’il arrivera à mettre en place son programme et à changer ainsi de nombreuses choses aux Etats-Unis et dans le monde. Nous étions en train de jouer contre Dallas lorsque les premiers résultats sont tombés. C’est après la rencontre que nous avons appris la victoire de Barack Obama. Cette nouvelle nous a redonné le sourire après notre revers face à Dallas (98–81).

La rédaction