RMC Sport

Absalon en route pour la légende

Julien Absalon

Julien Absalon - -

SERIE RMC SPORT. Le vététiste, qui s’élancera le 12 août, peut devenir le premier sportif français champion olympique en individuel lors de trois JO différents. Mais le Vosgien aborde cet évènement « comme si c’était le premier ».

Julien Absalon connaît cette excitation olympique par cœur. Le vététiste français s’élancera le 12 août prochain pour la 3e fois de sa carrière sur cette compétition pas comme les autres. Et pourtant, le décuple champion de France de VTT aborde sa campagne olympique comme si c’était la première. L’idée de devenir le premier triple champion olympique tricolore de l’histoire en individuel sur trois Jeux Olympiques différents ne lui monte pas à la tête. Bien au contraire. « Ce n’est pas le record qui me motive le plus, souligne-t-il. Je veux avant tout tenter de décrocher à nouveau ce qui a de plus grand à gagner en VTT. Il n’y a rien au-dessus d’un titre olympique. C’est le sacre suprême. Je pars pour être champion olympique, comme si je ne l’avais jamais été ».

S’il n’entrera en scène qu’en toute fin de programme olympique, le pilote d’Orbea sera l’une des grandes chances de médailles d’or françaises. Son palmarès parle évidement pour lui. Double champion olympique (2004, 2008), quadruple champion du monde (2004, 2005, 2006, 2007), champion d’Europe (2006) ou encore décuple champion de France (2003 à 2012), Absalon (31 ans) fait partie des vieux brisquards, qui ont déjà tout gagné. « Le plan de carrière défini avec mon entraîneur m’a permis d’avoir cette longévité, confie-t-il. On a travaillé progressivement pour ne pas user l’organisme et durer dans le temps. On n’a pas voulu griller les étapes ».

Absalon : « J’y pense depuis 4 ans »

A peine double médaillé d’or que déjà, en 2008, le natif de Remiremont (Vosges) se tournait vers Londres et ses JO. « Ce rendez-vous olympique, je l’ai dans la tête depuis Pékin. Je connais le circuit par cœur, assure le protégé de Gérard Brocks, son entraîneur. J’y suis allé trois fois. J’ai même gagné la course préolympique l’année dernière. Je peux donc mémoriser à la pierre près ce circuit ». Et pour cause : le vététiste de 31 ans a transformé son terrain d’entraînement depuis plusieurs mois, en fonction du tracé olympique. « Depuis un an, on a reproduit au mètre près le parcours olympique dans la région des Vosges, où habite Julien. On travaille dessus constamment », explique Gérard Brocks.

Même si Julien Absalon est resté ce jeune champion, récemment vainqueur de son 10e sacre national dans la station des Gets (14 juillet), il doit désormais assurer son rôle de père. Avec son fils Tom (2 ans) et sa femme Emilie, il transforme ses déplacements et son camping-car en véritable « cocon-familial ». « Devenir père, c’est un grand changement. J’aime bien que ma femme et mon fils m’accompagnent à mes courses. Même si à 2 ans il est encore jeune, il est au bord du circuit, il me voit passer et m’encourage, admet le Vosgien. Ça donne une motivation supplémentaire car j’ai envie que mon fils soit fier de moi ». Avec un 3e titre olympique historique à Londres, Julien Absalon ferait la fierté de Tom, mais aussi de toute la France…

Alexandre Mispelon avec J.Ri