RMC Sport

AG2R-La Mondiale, tube de printemps

Péraud, vainqueur du Critérium international

Péraud, vainqueur du Critérium international - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Auteur d’un début de saison tonitruant, la formation AG2R-La Mondiale a confirmé cette semaine en remportant le Critérium international et en hissant deux coureurs dans le Top 10 du Tour de Catalogne et de Gand-Wevelgem. Prometteur.

Movistar ou Sky n’ont qu’à bien se tenir. L’équipe leader du classement général par équipes du WorldTour n’est pas espagnole ou britannique, mais bien française. Auteur d’un gros début de saison, AG2R-La Mondiale occupait la tête du ‘ranking’ au soir du 30 mars et deux épreuves du calendrier international disputées sur Gand-Wevelgem et le Tour de Catalogne. Une huitième place pour Yauheni Hutarovich sur la classique belge, une quatrième place au général pour Romain Bardet, déjà 2e de la 4e étape au milieu des Contador, Rodriguez, Froome ou Quintana.

Pas mal pour le gamin de 24 ans, vainqueur de la classique de la Drôme un peu plus tôt dans la saison. « Si quelqu’un m’avait dit au départ que je décrocherais ce résultat je n’y aurais certainement pas cru, lâchait-il à l’issue de la course. J’ai pris conscience cette semaine que j’étais capable de jouer avec les meilleurs coureurs mondiaux et c’est encourageant pour la suite. Surtout, ce résultat n’aurait pas été possible sans le travail de tous mes coéquipiers et du staff. »

Péraud : « On ose plus de choses »

A peine plus âgé (25 ans), Carlos Betancur, victorieux lui sur le Tour du Haut Var, mais surtout au classement général de Paris-Nice et sur deux étapes de la Course au soleil, avait eu plus de chance un peu plus tôt dans la saison. Si l’on ajoute le succès d’Alexis Gougeard sur la Classique Indre et Loire, ainsi que le succès en début de saison de Jean-Christophe Péraud sur le Tour Méditerranéen, plus celui acquis dimanche sur le général du Critérium International, la formation de Vincent Lavenu culmine à huit succès.

« Le niveau de forme est le même que l’année dernière, mais on a passé un cap psychologique, analyse en doyen Péraud, 37 ans. Les étapes qui s’enchaînent nous donnent de la confiance. On ose plus de choses. Plus que l’an dernier où on était un peu plus sur la défensive. J’espère qu’on va avoir des résultats du niveau de ceux qu’on obtient depuis le début d’année. Et tant qu’on gagne, ça m’est égal. Je suis prêt à aller chercher les bidons. » De bon augure pour la suite, et notamment le Tour de France où Péraud, victime de chute l’année dernière, mais visiblement en jambes, avait jeté l’éponge. Quant à Romain Bardet, il avait terminé 15e et meilleur Français sur sa première Grande Boucle.

A lire aussi :

>>> L'actualité du cyclisme

>>> Milan-San Remo : le jour de gloire de Kristoff

>>> Paris-Nice, l'année des Français ?

PT avec GQ