RMC Sport

Armstrong dans la nasse

Lance Armstrong

Lance Armstrong - -

Avocat américain basé à Paris au sein du cabinet FieldFisher Waterhouse, Christopher Mesnoohl livre son analyse d’expert sur les suites judiciaires qu’encourt Armstrong. Selon lui, l’Américain a pris un risque colossal vis-à-vis de la justice en avouant s’être dopé.

Si sur le papier la rédemption annoncée d’Armstrong semblait être une bonne idée, au final, la stratégie de l’ex-vainqueur du Tour s’est avérée calamiteuse. Autant sur le fond que sur la forme. En avouant publiquement s’être dopé, l’Américain a ainsi tendu le bâton à ses nombreux « cocus » et opposants qui ne devraient pas se gêner pour le maltraiter, désormais à leur matière. Car même si des aveux ne constituent pas des preuves irréfutables, elles font figure d’éléments de preuves.

« Ce devrait être la pièce numéro 1 dans beaucoup de dossiers qui risquent d'être balancés à son encontre, estime Christopher Mesnooh. C'était une émission publique, disponible à tout le monde. Ça n'a aucun caractère confidentiel. Des extraits de ces deux émissions seraient très certainement parties intégrantes d'un certain nombre de dossiers contre M. Armstrong. Il n'y a donc rien qui interdirait soit à une partie d’un Etat, soit à des personnes ou sociétés privées en France, ailleurs en Europe ou aux Etats-Unis, d'intenter leurs propres actions contre M. Armstrong. »
Autrement dit, rien n’empêche par exemple, ASO, l’organisateur du Tour, ou encore France Télévisions, diffuseur de la Grande Boucle, de poursuivre l’Américain pour préjudice ou atteinte à leur image. Idem pour T-Mobile, qui pourrait s’estimer floué ou trompé par le tricheur américain à l’époque où cette société de télécommunication sponsorisait l’équipe de Jan Ullrich. Et considérer que plusieurs victoires sur le Tour de France lui ont été « volées ».

Armstrong bientôt ruiné ?

Par ailleurs, la justice US doit faire savoir dans les prochains jours si elle va s'associer ou pas à l'action en justice engagée par Floyd Landis contre Lance Armstrong pour avoir triché et détourné à des fins dopantes les 30 millions de dollars versés par l'Etat américain au titre du sponsoring de la formation US Postal (de 1998 à 2004). Or, Christopher Mesnoohl estime que l’ancien coureur pourrait avoir à rembourser… trois fois ce montant. Soit 90 M$. Ce qui le mettrait sur la paille, lui dont la fortune est estimée à 96 M$ !

« Landis et éventuellement le gouvernement américain à ses côtés vont poursuivre cette action pour récupérer ces 30 millions de dollars, développe l’avocat américain. Le gouvernement US peut récupérer non seulement les 30 millions de dollars, mais ces dommages et intérêts pourraient être multipliés par trois par le juge. Donc 30 millions de dollars multipliés par trois, ça risque de manger une très grande partie de la fortune de Mr. Armstrong… » Après avoir perturbé le sommeil de bon nombre de coureurs et autres suiveurs du peloton durant sa carrière, Armstrong n’a pas fini de cauchemarder ces prochaines semaines…

Le titre de l'encadré ici

Un manque à gagner de 75 M$|||

Dans le second volet de l’entretien avec Oprah Winfrey, Lance Armstrong revient sur ses sponsors qui l’ont lâché les uns après les autres en l’espace de quelques heures, peu de temps après la divulgation du rapport de l’Usada. « C’était une journée à 75 millions de dollars (de manque à gagner, ndlr). J’ai perdu tous mes revenus futurs. Je ne suis pas sûr que cela change. »

Gérald Mathieu (avec L.D.)