RMC Sport

Arvesen, le quatrième rugissant

-

- - -

Le champion de Norvège, après quatre participations au Tour de France, remporte la onzième étape du Tour, au sprint, devant Martin Elminger et Alessandro Ballan.

Des regrets, des regrets, encore des regrets. Côté français notamment. Les coureurs tricolores ont tenté, à l'image d'Amaël Moinard, d'emballer la course et qui sait, aller chercher le succès au bout de cette 11e étape du Tour de France, un tracé long de 167 kilomètres ralliant les villes de Lannemezan et de Foix. Mais en réalité, Moinard fut bien le seul à secouer le cocotier français mercredi après-midi, le seul surtout à s'arracher, à attaquer, à contre-attaquer également tandis que ses coéquipiers, placés dans le groupe de tête en fin de parcours, passaient leur temps à s'observer.

Moinard, après son attaque lors du col de Portel, n'a eu que son courage pour tenir durant les 59 kilomètres qui ont accompagné sa folle échappée. Derrière, on s'activait dur, à l'image des Italiens Pozzato, Ballan et Velo pour rattraper le fuyard. Rien de tel dans les rangs français, menés par Pierrick Fédrigo. C'est donc en toute logique que le Toulousain, complètement novice sur le tracé français, a explosé dans le money-time. Une aubaine pour Kurt-Asle Arvesen, bien placé dans le groupe de tête et plus tonique que Martin Elmiger et Alessandro Balan sur le plat de l'arrivée. Déterminé, le Norvégien l'était forcément au moment de couper la ligne d'arrivée. A l'âge de 33 ans, le champion scandinave signe enfin, après quatre participations, une victoire d'étape lors du Tour de France.

Au classement général, pas de changement. Cadel Evans, pourtant nanti d'un retard d'un quart d'heure sur le groupe d'arrivée, n'a pas à trembler. Son maillot jaune est resté bien au chaud et sera encore sur ses épaules jeudi prochain.

La rédaction