RMC Sport

Bassons : « Armstrong ne tombera pas tout seul »

Christophe Bassons

Christophe Bassons - -

Treize ans après avoir abandonné lors du Tour de France 1999, sous la pression du peloton et de Lance Armstrong, Christophe Bassons, l’un des rares coureurs à avoir dénoncé ouvertement le dopage, porte un regard pertinent sur la chute annoncée de l’Américain. Interview.

Christophe, que vous inspirent les derniers éléments de l’affaire Armstrong ?

J’ai un peu douté ces derniers temps car ces éléments tardaient à arriver. Cependant, je me doutais qu’il y avait un gros dossier sur Armstrong car j’avais été contacté par l’USADA pour témoigner. On va voir comment va réagir l’UCI. Il est temps d’en terminer avec cette affaire.

Etes-vous surpris ?

Oui et non. J’avais déjà mon avis sur cette personne et le système en général. Ce qui peut paraître surprenant, c’est que cette affaire ait éclaté aussi tard, que cela ait pris autant de temps. Mais la personne qui se défendait avait de gros moyens financiers, des appuis politiques. Il s’est construit un château fort pour se protéger. Voilà pourquoi cette affaire a duré tant d’années.

Personnellement, cela fait 13 ans qu’on vous en parle…

Oui, lors du Tour de France 1999, il y avait eu des accrochages avec Lance Armstrong parce que je disais ce que je voyais. Et ce que j’en pensais. Ça le dérangeait. Depuis, il a toujours agi de la même façon, c’est-à-dire en voulant se comporter en patron. Même face à l’USADA, il veut quasiment se comporter comme tel. L’USADA lui interdit de faire des compétitions, et il se permet de faire un triathlon. Même si c’était pour lutter contre le cancer, cela montre bien le poids qu’il pouvait avoir. En plus des appuis politiques, il a pris tous les cancéreux en otage. Il joue beaucoup là-dessus. Beaucoup de gens le défendent parce qu’il a l’image de quelqu’un qui s’est sorti du cancer et qui continue à faire des choses pour lutter contre cette maladie.

Désormais, c’est donc l’UCI qui a le dossier entre les mains…

Oui mais cette affaire est une patate chaude car on connait les relations qu’a pu nouer Lance Armstrong avec l’UCI en lui attribuant certaines sommes d’argent dans le but, a priori, de l’aider à se développer. Si Armstrong tombe un jour, d’autres têtes risquent de tomber. Il va dire des choses et je ne pense pas qu’il tombera tout seul.

Armstrong refuse de se défendre. Le regrettez-vous ?

Ça a été très adroit de sa part. Il a dit qu’il était lassé de se battre contre des gens qui lui en voulaient et il a décidé d’abandonner. Abandonner, ce n’est pas son genre. A mon avis, il l’a fait afin d’éviter de craquer et de tout avouer. Il préfère se positionner en victime. C’est dommage.

L’UCI a-t-elle d’autres choix que de sanctionner lourdement Armstrong en lui retirant ses sept titres sur le Tour de France ?

Je n’ai pas lu le dossier en détail, mais il faudrait voir les preuves. Il est parfois difficile de sanctionner un sportif sur des témoignages. Il y a aussi le délai de prescription. Mais au final, ça m’est égal qu’il garde ou pas ses Tours de France. L’argent, il le gardera toujours. Ce qu’il faut, c’est prouver que cette personne a triché, a menti à la justice américaine et à tout le mouvement sportif international. Si c’est le cas, je serai complètement satisfait.

Propos recueillis par Julien Richard