RMC Sport

Boyer : « Armstrong était comme un lion en cage »

Lance Armstrong

Lance Armstrong - -

Ancien coureur puis directeur sportif chez Cofidis, Eric Boyer enrage contre le Texan mais aussi l’UCI et son président, bien trop complaisants à son goût après les aveux de Lance Armstrong.

Eric Boyer, êtes-vous satisfait des aveux d’Armstrong ?

On ne peut pas être satisfait par ces aveux. Ils ont été travaillés. Il a été coaché. Tout était préparé avec des avocats et des conseillers en communication. On sent qu’il était acculé et qu’il était donc obligé d’avouer. Le rapport de l’USADA est tellement imparable. On sentait qu’il était comme un lion en cage. Il besoin d’exister, d’avancer. Sa fondation (Livestrong) est en train de se casser la figure.

Il a tout de même avoué qu’il avait triché…

D’accord, mais le cocktail dont il a parlé, on ne va pas le chercher à la pharmacie du coin. Il faut que des médecins le conseillent sur la posologie, les dosages… Cela, il n’en a pas parlé. Il n’a pas dit non plus si Johan Bruyneel, son directeur sportif (à l’US Postal), était complice de tout ça. Il a des équipiers qu’il a obligés à se doper. Est-ce qu’il y a des complicités ? Oui. A quel niveau ? Je ne sais pas. Ces aveux-là ne nous suffisent pas.

A-t-il été protégé par les autorités du cyclisme international et notamment par l’UCI ?

J’ose espérer que non. Cependant, j’aimerais que l’UCI s’exprime un peu que ce qu’elle a fait aujourd’hui. Le communiqué de presse de Pat McQuaid (le président) est scandaleux ! Il se réjouit que Lance Armstrong n’ait pas parlé de ses relations avec l’UCI. Et il propose que Lance Armstrong fasse partie d’une commission pour lutter contre le dopage. Je suis désolé, mais non ! Il a fait tellement de mal à ce sport. Il faut que tous ceux qui ont partagé le système d’Armstrong disparaissent du cyclisme. D’abord le président McQuaid qui a fait le choix de l’accompagner durant toute sa carrière.