RMC Sport

Cancellara mène la fronde

Fabian Cancellara a mené la fronde du peloton

Fabian Cancellara a mené la fronde du peloton - -

Le Suisse a été à l'origine de la décision du peloton de ne pas aller au sprint après la chute des leaders à 30 km de l'arrivée dans Spa.

L’époque est au boycott. Quinze jours après le refus des footballeurs français de s’entrainer en Afrique du Sud, les coureurs du Tour de France ont fait la grève du sprint ce lundi en Belgique. Fabian Cancellara a été le Patrice Evra de cette fronde décidée à une trentaine de kilomètres de l’arrivée de la deuxième étape, après la chute des leaders dans la descente du col de Stockeu, 30 km avant Spa. Un choix qui ouvrait la voie à un succès plein de panache de Sylvain Chavanel, échappé depuis le 11e kilomètre avec un groupe de sept téméraires. A l’arrivée, le peloton demandait la neutralisation de l’étape. « Les coureurs ont demandé à ce qu’on laisse tous les points à Chavanel parce qu’il avait fait un super numéro mais qu’on annule les points pour les autres, sachant qu’on gardait les temps. On a accepté et le jury aussi », expliquait Jean-François Pescheux, directeur sportif et technique du Tour de France. « Sans l’accident, ça aurait été une course, justifiait après-coup Cancellara, mais là c’était plus correct, fair play. » Un coup de théâtre qui n’a pas plus à Cyrille Guimard, ancien directeur sportif : « La victoire de Chavanel fait plaisir aux Français et fera oublier ce finish ahurissant ».