RMC Sport

Cyclisme : l’opération séduction du Qatar

Boonen, vainqueur du Tour du Qatar en 2012

Boonen, vainqueur du Tour du Qatar en 2012 - -

Le Qatar vient de se voir attribuer les Mondiaux sur route 2016. Une nouvelle consécration dans l’organisation d’événements sportifs pour ce petit État du golfe Persique qui rêve de Tour de France.

Les Championnats du monde de cyclisme sur route se gagnent aussi en coulisses. En marge des Mondiaux de Valkenburg (Pays-Bas), qui ont sacré dimanche le Belge Philippe Gilbert, l’UCI a attribué l’édition 2016 au Qatar. Une belle performance pour cet émirat du golfe Persique à peine plus vaste que le département de la Gironde, qui n’en n’est pas à son premier coup d’éclat. Après les Mondiaux de handball en 2015 et de football en 2022, Doha rafle la mise au nez et à la barbe des Norvégiens, des Belges, et des Britanniques. Econduit par le CIO pour les JO 2020, le Qatar de QSI, propriétaire du PSG, reprend sa marche en avant. Les Mondiaux de cyclisme débarquent pour la première fois au Moyen Orient.

« On veut développer le cyclisme dans notre région, explique Sheikh Kahled bin Ali Al-Thani, président de la fédération qatarie de cyclisme (FQC). On veut prouver que l’on peut organiser l’événement majeur dans chaque sport en vue des Jeux Olympiques. » Recalé pour les éditions 2016 et 2020 en raison d’un problème de calendrier, le Qatar s’emploie à convaincre fédération après fédération dans l’espoir de toucher « un jour » au Graal. La tâche des Arabes est rendue plus facile par la sinistrose économique en Europe. « L’UCI préfère que les Mondiaux aillent en Europe, berceau du cyclisme, admet son boss Pat McQuaid, mais il n’y a pas de signaux positifs. Il faut aller en dehors. » Et quand les Qataris proposent d’héberger toutes les équipes, alors le comité directeur de l’UCI ne peut que donner l’extrême onction.

Un Grand Départ du Tour de France au Qatar ?

Des Mondiaux dans les dunes ? « Ce ne sera peut-être pas le tracé le plus accidenté », reconnait David Lappartient, président de la FFC et membre du comité directeur de l’UCI, mais les Qataris se sont engagés à apporter une solution satisfaisante. « On réfléchit à construire un parcours qui servira plus tard pour les Jeux », explique Al-Thani. Le Qatar, avec le tour éponyme depuis 2002, a déjà un savoir-faire. Ce rendez-vous de début de saison des sprinteurs est la propriété d’Amaury Sport Organisation, organisateur du Tour de France. Depuis, le micro-Etat fait les yeux doux à la Grande Boucle. En 2011, Qatar Airways a transporté le peloton de Grenoble à Orly pour l’ultime étape. A quand un Grand Départ à Doha ? « Oui bien sûr, on pense au Tour de France depuis un certain moment, le problème est logistique, il faudra un pays intermédiaire entre le Qatar et la France où les coureurs pourront faire étape », explique Al-Thani. Avant ou après les Mondiaux de 2016 ?

Le titre de l'encadré ici

Les Mondiaux de Ponferrada inquiètent|||

Symbole d’une Europe qui peine à accueillir des grands rendez-vous sportifs, l’Espagne fait face à des difficultés dans la préparation des Championnats du monde 2014 à Ponferrada, dans le nord-ouest du pays. « On connait des problèmes avec l’Espagne », déclarait Pat McQuaid pour expliquer le choix du Qatar pour l’édition 2016. « Des pays organisateurs en Europe ont du mal à remplir leurs engagements », confirme David Lappartient, patron de la FFC, et membre du comité directeur de l’UCI. Richmond (Virginie), aux Etats-Unis, qui accueillera l’édition 2015, connait également des difficultés financières. L.C., G.Q. 

Louis Chenaille (avec G.Q. à Valkenburg)