RMC Sport

Chavanel : « La médaille d’or est un rêve »

Sylvain Chavanel

Sylvain Chavanel - -

Quadruple champion de France du contre-la-montre, Sylvain Chavanel emmènera l’équipe de France olympique samedi sur la course en ligne (250 km, départ à 11h). Le cycliste français voit une course ouverte pour le titre suprême.

Sylvain, comment s’est déroulée votre préparation ?

Les premiers jours étaient difficiles. J’ai pris le temps de me soigner correctement chez moi. Ça m’a perturbé un peu dans ma préparation. Depuis dimanche, je suis bien rétabli. Maintenant, je suis très concentré pour l’échéance qui va arriver.

Avez-vous récupéré de votre Tour de France ?

J’espère en tout cas. J’étais dans de très grandes conditions avant de tomber malade. Il n’y a pas de raison pour que je ne retrouve pas la forme. J’espère avoir récupéré, surtout par rapport à ceux qui viennent de terminer le Tour de France et qui ont eu trois semaines difficiles. Moi, j’ai une semaine de moins dans les jambes. Même si j’ai eu ma maladie, j’espère avoir mieux récupéré.

Sur quelles épreuves nourrissez-vous le plus d’ambitions ?

Par rapport à mes résultats, le contre-la-montre est plus dans mes pensées. Mais la route reste importante pour l’équipe de France et même pour moi. Le contre-la-montre, c’est du haut niveau. Il y a de très bons spécialistes. Je ne me projette pas. Je vais donner mon maximum et montrer ce que je suis capable de faire. Depuis le début de saison, j’ai fait d’excellent chrono. J’espère qu’il y aura une bonne surprise à l’arrivée.

Qu’est-ce que représentent les Jeux Olympiques ?

Au niveau mondial, c’est plus qu’important. Tout le public s’y intéresse. Le Tour de France ne touche que le milieu du cyclisme alors que les Jeux Olympiques touchent tout le monde. Quand j’étais gamin, ça me faisait rêver, même si les JO concernent plus l’athlétisme que le cyclisme. Le vélo est arrivé sur le tard aux Jeux. A chaque édition, ça prend de l’ampleur. Mais c’est sûr que la médaille d’or est un rêve.

Comment voyez-vous la course en ligne samedi ?

Je n’ai vu le parcours que sur papier. Il n’y a pas de grandes difficultés, excepté une cote de 2 kilomètres à faible pourcentage. Ça reste une course très ouverte. Avec des équipes de 3 à 5 coureurs, ça va être très dur à gérer. Aujourd’hui, l’équipe de Grande-Bretagne est la grande favorite avec Mark Cavendish. Sont-ils capables de gérer la course pendant 250 bornes avec 5 coureurs ? Je pense qu’ils vont avoir besoin d’alliance.