RMC Sport

Contador, le Tour d’après

Alberto Contador

Alberto Contador - -

Alberto Contador revient sur la Vuelta, son premier grand tour depuis sa suspension de six mois suite à un contrôle positif sur le Tour de France 2010. Comme si de rien n’était, l’enfant du pays est le grand favori de la course et suscite de nombreuses attentes.

Aujourd’hui, jour de départ de la Vuelta, Alberto Contador retrouvera la lumière. Vainqueur de l’épreuve en 2008, le « Pistolero » de 29 ans semble avoir mangé son pain noir. Suspendu depuis février dernier suite à un contrôle positif au clentubérol sur le Tour 2010, le coureur espagnol n’a renoué avec la compétition que le 6 août dernier. Aligné sur l’Eneco Tour, celui qui compte à son palmarès les trois grands Tours (Italie, France et Espagne) a fait bonne figure, terminant 4e avant de prendre le départ de la clasica San Sebastian mardi dernier.

Contador réapparaîtra donc sur une grande course à l’occasion de cette Vuelta. Déchu de ses succès sur le Giro 2011 et le Tour 2010 par rétroactivité de sa suspension pour dopage, le leader de la Saxo-Bank Tinkoff compte reprendre sa marche en avant. « Je suis très bien et j’ai très envie, déclare le Madrilène, déterminé. Ce qui m’est arrivé ces derniers mois m’a beaucoup marqué, ce n’est pas possible de l’oublier. J’ai souffert mais je regarde vers l’avenir ».

Sur un parcours très montagneux offrant dix arrivées en altitude, la condition physique de l’Espagnol pose question, même s’il assure avoir travaillé dur pendant sa mise à l’écart. « Ces mois d’entraînements ont été très durs, je me suis fait très mal, affirme l’ex-coureur de l’équipe Astana sur le site de la course. Mentalement par contre, je suis plus reposé ».

« Contador, le coureur à battre »

Pour la majorité des médias castillans, seul Chris Froome, révélé l’an passé (2e du général) sur les pentes des cols ibériques, est un adversaire de poids pour l’enfant du pays. Qui partage en partie cette analyse. « Il peut être mon rival principal de par son niveau en contre-la-montre et la très forte équipe qui l’entoure. Il peut gagner la Vuelta ». Pour autant, le natif de la capitale affiche clairement ses ambitions : « mon objectif est de lutter pour la victoire ».

Bjarne Riis, son manager dans l’équipe danoise le confirme sur le site de Marca. « Nous avons une équipe forte pour aider Alberto sur tous les terrains : Noval et Tossato pour la plaine et Navarro, Pires et Majka pour la montagne ». Un de ses adversaires principaux, Joaquim Rodriguez, n’a aucun doute, « Contador sera le coureur à battre ». Pour le coureur français Romain Sicard, l’Espagnol « va revenir avec la rage au ventre et a très bien préparé sa course ».

Miguel Indurain, autre coqueluche du pays de Cervantes, considère son successeur comme « un gagnant né », persuadé que le champion déchu « a faim de victoire pour son retour » sur le site du journal As. Néanmoins, même une victoire aurait un goût amer pour Contador, privé des points UCI de ses victoires lors des deux prochaines saisons. Dans une équipe à la dérive, ils lui seraient pourtant bien utiles pour s’assurer un avenir au soleil.

Jerome Carrere avec Pierre Ammiche